Science : 80 % des gens qui font du monoski n’ont également qu’un seul testicule

78 Publié le 12/02/2018 par La Rédaction
Crédits :Drzno

C’est un véritable coup de tonnerre dans le monde du ski alpin. Depuis son apparition, personne ne pouvait expliquer ce qui poussait les gens à choisir le monoski : un élément de réponse vient enfin d’être apporté.

Depuis des années, la mode du monoski, souvent qualifiée, à juste titre, de ringarde, intéresse les comportementalistes du monde entier. Mais c’est finalement du côté de la médecine que se trouverait l’explication. Une récente étude a prouvé qu’il y avait un lien direct entre le fait de n’avoir qu’un seul testicule et la pratique du monoski. « On a longtemps pensé que les monoskieurs avaient peur de prendre le tire-fesse car ce n’était pas adapté à la pratique du monoski, alors qu’en réalité ils ont peur pour leurs attributs, vu qu’ils n’ont plus qu’un seul testicule »

La raison ? le cerveau différent des “monotesticule” qui les pousse irrémédiablement à être attirés par les choses au singulier. Après enquête, les scientifiques ont découvert que Patrick, monoskieur et “monotesticule” depuis une mauvaise chute dans sa jeunesse en cheval d’Arçon, n’a également qu’un seul enfant, qu’il ne porte pas de lunettes mais un monocle, et qu’il dit « des cheval » au lieu de « chevaux » systématiquement.

Cette corrélation entre le physique et les goûts se retrouverait également dans d’autres cas, comme pour les personnes avec trois tétons, qui sont très souvent des fans inconditionnels du groupe Trio, ou les personnes qui ont subi une ablation du cortex cérébral, qui sont souvent des téléspectateurs assidus de la chaîne D8.

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité