Bruno Le Maire fait un affreux cauchemar dans lequel il n’y a plus rien à privatiser

0 Publié le 18/07/2019 par La Rédaction
By SmartGov - Bruno Le Maire, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=45489279

« Mon dieu quelle atrocité économique ! » s’est-il exclamé au sortir de ce rêve étrange et pénétrant dans lequel le ministre de l’économie faisait face à une situation complexe et inédite où il n’y avait absolument plus rien à privatiser. Reportage.

« J’en ai encore des sueurs froides » explique-t-il lors d’une conférence de presse dans sa salle de bain. Entre deux brossages de dents, il témoigne. « Tout avait été privatisé auparavant par d’autres gouvernements. La seule option qui me restait alors était de renationaliser et de reprivatiser derrière mais là aussi problème : il existait une loi contre ça ! » s’étrangle-t-il. Le ministre se revoit alors courir dans les couloirs de son ministère pour trouver une solution, appeler à l’aide au téléphone, en vain.

« Quand j’ai voulu me calmer en signant des traités de libre-échanges avec d’autres pays, là aussi, l’horreur ! » ajoute-t-il en recrachant son dentifrice. « Tout avait été signé, avec des dizaines de pays, je ne pouvais même en signer d’autres, tout avait été ratifié en double ou en triple pour plusieurs années  et en plus sans aucune opposition, effrayant ». Et de se remémorer un détail horrible. « Nous importions tellement d’huile de palme que nous n’avions plus de place pour la stocker alors je voyais des ouvriers en jeter dans la Seine et je me souviens plonger pour en récupérer ».

« Heureusement tout cela est fini » se réjouit-il en s’installant à la table de son petit-déjeuner avant de hurler en lisant le journal du matin annonçant fièrement que toutes les réformes des retraites ont été votées avec succès, supprimant même la notion de « départ à la retraite » et obligeant à cotiser même après son décès.

Publicité
Publicité