Abdel, 20 ans, discriminé parce qu’il porte une barbe, une ceinture explosive et une kalachnikov

67 Publié le 01/02/2016 par La Rédaction

À l’heure où l’on assiste à une multiplication des actes racistes en France, nous avons choisi de recueillir le témoignage d’une victime d’une discrimination trop souvent passée sous silence.

Lorsque nous le rencontrons, Abdel sort de garde à vue.
C’est la troisième fois aujourd’hui : « Je me balade dans un centre commercial avec ma Kalachnikov et ma ceinture explosive, et là, les flics me tombent dessus ! Ils me font une clef de bras et m’embarquent au poste. Moi ! Comme par hasard, au milieu de 200 personnes ! » nous confie-t-il la rage au ventre.

Amalgames et rêves avortés

Pour lui, cela ne fait aucun doute, c’est son style qui ne plaît pas, et surtout les préjugés qui l’accompagnent. Selon lui, « Ce n’est pas parce qu’on porte une ceinture explosive et une kalachnikov dans le métro qu’on va faire un attentat. »

Professionnellement, « c’est la galère » comme il le dit lui même. Un temps, il se voit devenir pilote de ligne mais il va vite comprendre que son style n’est pas compatible avec ses ambitions.
Lorsque il se rend à son stage d’observation, il échoue au premier cordon de sécurité de l’aéroport et fait six mois de prison à Guantanamo.

Abdel a décidé de continuer à porter son fusil mitrailleur et ses pains de plastique contre vents et marées. « Niveau style, je trouve ça plus grave de porter un T-Shirt avec une tête de loup ou un survêtement à pression. Pourtant ces gens peuvent circuler en toute liberté. C’est injuste. » Lance-t-il d’une voix chevrotante.

L’amour comme remède

Lueur d’espoir dans ce sombre destin : Abdel a trouvé l’âme sœur. Il s’agit d’un membre des renseignements généraux dont il a fini par tomber amoureux au bout de son cinquantième interrogatoire musclé.
Espérons maintenant que la belle famille accepte à son tour le style d’Abdel.

Publicité
Publicité