PETA proteste contre l’usage du terme « voiture-bélier »

109 Publié le 05/02/2016 par La Rédaction

Par la voix de sa présidente Ingrid Newkirk, la célèbre association de défense des animaux s’est élevée contre l’utilisation de ce terme, qu’elle estime « stigmatisant », « trompeur » et « sensationnaliste ».

 

Pour l’organisation, l’emploi récurrent de ce terme dans la retranscription des affaires de banditisme et de terrorisme serait particulièrement dommageable pour la réputation des béliers, bouquetins et autres ruminants à cornes. En effet, l’image de violence qui leur serait ainsi accolée générerait de fortes tensions dans leurs rapports avec l’homme, prompt à percevoir le bélier comme un animal potentiellement dangereux.

« Le bélier européen est un animal éminemment poli et pacifique », confirme Gunther Willham, spécialiste des ovidés et militant de longue date à la PETA. « Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut en aucun cas considérer une voiture comme un bélier, et encore moins un bélier comme une voiture ».
Des propos énigmatiques, qui n’ont pas empêché l’organisation de persister et signer en exigeant auprès des autorités le remplacement immédiat de cette expression par un terme plus respectueux et plus représentatif de la nature « aimable et attachante » de l’animal.

L’élaboration de cette nouvelle appellation serait en cours, selon le porte-parole de l’association, qui a recruté les services de plusieurs linguistes et sémiologues à cet effet. La dénomination privilégiée à ce stade serait « véhicule utilisé comme vecteur de pénétration par effraction », ou VUCVPE. « Ce n’est pas très accrocheur, on planche encore dessus », a concédé hier Mme Newkirk devant la presse, en français, en anglais puis en suédois. « Laissez la PETA faire son travail, et croyez-bien que dès qu’il y aura du nouveau vous serez les premiers informés ».

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité