Connect with us

Société

Les djihadistes prénommés Kévin seront punis plus sévèrement

Le cas de Kevin Guiavarch semble réveiller les consciences. Tôt ce matin, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a répété que les personnes parties faire le djihad en Syrie ne pourront en aucun cas revenir en France sans être poursuivies par la justice. Mais il a ensuite ajouté qu’il exigerait des tribunaux « la plus grande sévérité » si ces djihadistes s’appelaient Kévin.

Published

on

 

Selon Maître Gérald Colin, avocat spécialisé dans le droit pénal, « cette exigence exprimée par le Premier ministre n’est pas contradictoire avec le principe d’égalité devant la loi car on considère ici que porter ce prénom est une circonstance aggravante » . Ainsi, au même titre que la récidive ou l’action en bande organisée, s’appeler Kévin devra peser plus lourdement dans la décision des juges.

Une mesure préventive

« Il faut savoir que lorsqu’on a un prénom difficile à assumer, on peut plus facilement subir le rejet et l’ostracisme. Les Kévin sont donc des cibles de choix pour Daesh qui cherche à en recruter le plus possible, pour en faire de la chair à canon, car même eux ne les respectent pas » poursuit Maître Colin. On comprend donc mieux la décision du gouvernement qui, par cette déclaration, tire la sonnette d’alarme et prévient d’emblée tous les Kévin de France que la justice ne leur fera aucun cadeau.

Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement

Les plus consultés