Pas-de-Calais – Le Parti socialiste veut intensifier les largages aériens de badges anti-FN

37 Publié le 21/09/2015 par La Rédaction

À l’approche des élections régionales de décembre prochain, il apparaît que Marine Le Pen domine les sondages. En réponse, le PS veut revoir sa stratégie et va proposer à ses partenaires politiques de renforcer la campagne de largage massif de badges anti-FN. Analyse.

 

Certains commencent à souligner que ces largages qui durent depuis deux mois n’ont pas encore porté leurs fruits. « Chaque jour, il y a plusieurs dizaines de caisses de badges qui sont lâchées au dessus du Pas-de-Calais et, jusqu’ici, cela n’a pas empêché le FN de rester dans la course », se lamentent certains. D’autres soulignent des dommages collatéraux comme cette caisse de badges dont le parachute ne s’est pas déployé et s’est écrasé dans une maison de Vaudricourt. Les écologistes parlent quant à eux de « désastres écologiques en puissance », avec des centaines de caisses de badges abandonnées en pleine nature qui n’ont pas été récupérées et s’inquiètent « On a retrouvé plusieurs animaux sauvages avec des badges anti-FN dans le ventre, il faut stopper ça ».

Mais pour le Parti Socialiste, au contraire, tout est encore possible. « Il s’agit d’envoyer un message psychologique, de dire à ces gens avec ces badges qu’il y a une alternative politique et que non, on ne les a pas abandonnés », explique-t-on chez les militants. « Mettre fin à ces largages de badges serait un signe terrible de défaite et de recul face à l’extrémisme » ajoute un militant. D’autres possibilités ont été envisagées comme discuter avec les gens, comprendre ce qui motive leur vote, voire même tenir des engagements politiques conformes à leur principe de gauche. « C’est très compliqué et on est pas formé pour ce genre de tactique très complexe et psychologique » esquive une militante.

Les largages vont donc être prochainement doublés dans les prochains jours et ce jusqu’en décembre. Si les badges ne fonctionnent toujours pas, il est envisagé d’utiliser une arme plus dure, plus impressionnante mais qui pourrait avoir des conséquences imprévisibles. « Les plus extrêmes veulent qu’on utilise maintenant un single que Yannick Noah a enregistré pour nous. Mais beaucoup disent que cela va trop loin, c’est l’escalade, qu’est-ce qui va se passer ensuite ? ».

Publicité
Publicité