On a testé pour vous : conquérir le monde depuis une base secrète sous un volcan

111 Publié le 01/10/2015 par La Rédaction

Frustré au travail ? Déçu en amour ? Lassé de demander à vos amis ce que vous allez faire ce soir et qu’ils vous répondent invariablement « la même chose que chaque soir Minus, tenter de conquérir le monde » ? Peut-être est-il temps de les prendre au mot !
Le Gorafi s’est entretenu avec le colonel Hans von Müller, ex-DRH de Némésis Corp., organisation criminelle internationale basée en Antarctique, et aujourd’hui consultant « méchants » pour la franchise James Bond. Nous revenons avec lui sur les fondamentaux de la domination de l’humanité :

 

Des pré-requis contraignants

La conquête du monde n’est pas à la portée du premier venu. « Sinon tout le monde le ferait, on ne s’en sortirait pas », grince le colonel von Müller. Une prise de contrôle réussie de la planète repose selon lui sur quatre critères, simples mais relativement contraignants :

Des ressources : l’argent a toujours été le nerf de la guerre, c’est d’autant plus valable dans le cas d’une 3ème Guerre mondiale. Le coût d’une domination complète se chiffre ainsi à 2,4 milliards de dollars, selon une enquête du Bad Guys Weekly. Toutefois, vous n’êtes pas nécessairement seul dans cette funeste entreprise : le Syndicat International du Crime propose une gamme assez large d’aides et de primes attribuables selon critères : nature du projet, bénéfices prévisionnels… Le site d’emploi Monster.com peut vous accompagner dans l’élaboration du dossier.

Une base : quartier-général, bunker, centre de commande… Les noms changent, le besoin reste. Votre projet, quel qu’il soit, sera nécessairement piloté à partir d’un lieu secret, pharaonique, à la pointe de la technologie. Il devra être le reflet de votre personnage et de vos ambitions. Un choix minutieux s’impose donc : il ne s’agit pas d’échouer dans un entrepôt désaffecté dune Z.I. de province.

Les bases sous-marines, en orbite dans l’espace ou aménagées dans un train blindé sont des classiques toujours pertinents. Des États-voyous de l’ex-URSS fournissent également des bases clé en main, à partir de stocks de la Guerre froide : n’hésitez-pas à solliciter un devis.

Le colonel von Müller continue pour sa part d’avoir un faible pour les bases enfouies sous un volcan en activité : « s’implanter sous un réservoir de lave en fusion ça envoie un message fort, ça montre qu’on en a », explique-t-il doctement. « Ça vous force aussi à ne pas perdre trop de temps, vue la nature imprévisible du lieu ».

Du personnel qualifié et motivé : si la domination totale de l’univers est assurément un projet très personnel, vous aurez besoin de capital humain pour le mener à bien. Le monde de la pègre est ici le meilleur sinon le seul endroit où trouver du personnel compétent. Ciblez la petite délinquance pour les fonctions de base, et le milieu du grand banditisme pour l’encadrement.

Une image soignée: n’y voyez-là aucune futilité. Vous serez rapidement amené à devenir une personnalité médiatique, et la crédibilité de votre démarche dépendra en belle partie de votre apparence. Les grands poncifs du genre (accent marqué, cache-œil, cicatrices…) sont évidemment à proscrire. Préférez un look exagérément excentrique, type chemise hawaïenne et tongs, qui renforcera votre image de fou imprévisible aux exigences duquel il vaut mieux céder rapidement. N’hésitez pas à vous faire aider de conseillers en réputation : les sociétés qui gèrent l’image de sociétés tout aussi maléfiques que vous, comme BP ou Monsanto, sont des interlocuteurs tout désignés.

Un projet, plusieurs méthodes

La mise au pas de l’humanité tout entière est votre finalité, mais les chemins pour y parvenir sont nombreux.
Selon les ressources et les compétences à votre disposition, il convient de choisir la méthode la plus en phase avec votre personnalité et vos buts, mais également celle avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise : vous la présenterez d’autant mieux lors de vos glaçantes allocutions télévisées à l’adresse des dirigeants du monde libre.

Déréglement climatique, guerre nucléaire, attaque cybernétique mondiale, contrôle des esprits… Le choix est vôtre ! Ne rechignez pas à vous entourer de scientifiques de renom (volontaires ou non), qui vous aideront à affiner votre potentiel de nuisance.

Des risques considérables, mais une récompense à la hauteur

Rome n’a pas été asservie en un jour, et cela ne sera pas de tout repos non plus. Votre nom sera traîné dans la boue. Traqué sans relâche par les sbires des gouvernements du monde entier, attendez-vous à une vie sociale austère pendant quelques temps. Chantages, trahisons et assassinats au sein de votre entourage proche ne sont pas non plus à exclure.
Si vous réussissez, en revanche, à vous la grande vie ! Argent, femmes, œuvres d’art, obéissance, respect, le tout pas nécessairement dans cet ordre. S’ouvrira pour vous une période de faste sans limite et de choix insolents : où établir votre capitale d’été, quel pays rayer de la carte, les larmes de quel ennemi boire dans votre cocktail. Faites-vous plaisir, vous l’aurez bien mérité !

En résumé

Avancez vite. Procédez sans pitié, ni scrupules. N’épargnez personne, car vos ennemis ne vous épargneront pas. Une fois devenu maître de l’univers, tâchez d’en profiter au maximum : cela pourrait ne pas durer. Vous n’êtes en effet pas à l’abri des déraillements rocambolesques provoqués par un super-agent effrontément chanceux. Le colonel von Müller est formel sur ce point : « je ne compte plus les candidats à la domination du monde qui débusquent à temps le fauteur de troubles, mais se perdent ensuite en fanfaronneries et en persiflages », confie l’expert. « Pire, ils lui racontent souvent leur plan dans le détail, avant d’orchestrer une exécution inutilement alambiquée qui finit toujours par capoter. De grâce, si vous mettez la main sur l’individu, ne tergiversez pas, tuez-le immédiatement. ».

Après, ce n’est plus que du plaisir. A vous de jouer !

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité