Drame : Il poste avec 12 heures de retard sa blague sur le Brexit et l’élimination de l’Angleterre

50 Publié le 28/06/2016 par La Rédaction
BrianAJackson

Amiens – Terrible drame pour ce jeune homme d’Amiens. Après l’élimination de l’Angleterre par l’équipe d’Islande, celui-ci a tenté de poster une blague mêlant Brexit et élimination de l’Angleterre. Hélas, le retard conséquent, près de 12 heures, entre l’événement et son post, couplé à la rapidité des réseaux sociaux, s’est retourné contre lui.

« J’ai posté la blague à 11h30, je pensais être encore dans les temps » raconte Hugo. Son commentaire sur Facebook « Après l’Europe, nouveau Brexit pour l’Angleterre qui quitte l’Euro ! » n’a pas rencontré le succès escompté. Pire, plusieurs de ses amis ont commencé à l’insulter, l’accusant d’avoir repris une blague faite déjà plusieurs fois sur les réseaux sociaux. Très vite, c’est l’engrenage, internet s’empare de l’affaire , un hashtag #StopHugo2016 est créé. Un hacker, mécontent de la blague, récupère ses coordonnées et lui expédie plusieurs dizaines de livres de Michel Leeb achetés sur eBay.

Un utilisateur de Twitter, Romeo78, le premier à avoir twitté cet excellent trait d’humour et d’analyse politique, a aussitôt exigé des excuses officielles de la part d’ Hugo et l’a menacé en justice « J’ai fais 72 RT avec cette vanne, et j’accuse Hugo de m’en avoir volé plusieurs dizaines » a-t-il justifié lors d’une conférence de presse. Ses proches amis et même sa famille refusent désormais de lui parler. Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique, a regretté le manque d’inventivité du jeune homme. “Voilà un bien triste exemple pour la FrenchTech, il faut innover!” a-t-elle twitté.

Le jeune Hugo doit désormais trouver un nouveau foyer, loin d’Amiens et d’internet. Une mésaventure terrible qui n’est pas sans rappeler celle de cette jeune fille qui avait twitté « C’est Madrid qui va gagner » lors de la finale Atletico – Real et qui est toujours sous le régime de protection des témoins du FBI.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité