Le Dalaï-lama renonce au bouddhisme le temps d’éclater un moustique avec sa tong

98 Publié le 31/08/2016 par La Rédaction
Jules2013

Ce matin, le grand leader du peuple tibétain en exil a surpris des milliers de fidèle en annonçant qu’il renonçait au bouddhisme le temps de tuer un moustique qui l’avait déjà piqué à plusieurs reprises dans sa chambre. Reportage.

Dix heures, assis en tailleur, les mains posées sur les genoux, le Dalaï s’adonne à sa méditation matinale lorsqu’il est extirpé de sa sérénité par le grésillement caractéristique du battements d’ailes du moustique. Sa Sainteté réussit malgré tout à retourner dans son état de « pleine conscience » sans trop de difficulté. Mais une minute plus tard, c’est une étrange décharge électrique à l’avant bras qui l’entraîne vers des pensées et l’extirpe à nouveau de sa méditation. Il tente alors de se focaliser sur sa respiration et sur l’instant présent mais bientôt ça sera la démangeaison qui l’entrainera hors de l’exercice.

Onze heures, après sa seizième piqûres, la décision tombe, un communiqué de presse est écrit à la hâte « le Dalaï s’apprête à renoncer aux préceptes du bouddhisme le temps de tuer un moustique ».
Cinq minutes plus tard, Le Dalaï attrape sa tong et éclate le moustique dans une colère froide ; « Crève sale chien » aurait été les paroles prononcées par sa sainteté au moment des faits selon des fidèles ayant assistés à la scène.

Onze heures quinze, le moustique est décollé de la tongue ; gorgé de sang du Dalaï au moment de l’impact, une tache rouge de la taille d’une pièce de deux euros orne désormais le mur blanc de sa chambre. Après avoir appliqué un peu de baume du Tigre sur ses piqûres, sa sainteté a repris la voie du prince Siddhartha et est redevenu le chef spirituel de millions de fidèles à travers le monde.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité