Hamon : « Les fans de JUL ne seront pas éligibles au revenu universel »

51 Publié le 09/02/2017 par La Rédaction
By Pleclown - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19465861

Il s’y était engagé. Dimanche à la Mutualité, Benoît Hamon a enfin précisé les contours de son « revenu universel d’existence » – ou plutôt, il en a précisé les limites.

 

 

LA limite, une seule, nette, précise et affirmée d’une voix claire : « les fans de JUL, quel que soit leur âge ou leurs ressources, ne pourront bénéficier du revenu universel ». Dans l’assistance, qui mélange journalistes, cadres du parti, jeunes militants et votants indécis, la salle bruisse de réactions variées: certains approuvent avec une satisfaction goguenarde, d’autres s’insurgent contre une exclusion peu socialiste à leur goût, mais la plupart ne savent visiblement que penser d’une annonce en apparence si radicale.

Manifestement conscient de la circonspection de son auditoire, Benoît Hamon enchaîne et précise sa pensée. Pour lui, le revenu universel a toujours été, philosophiquement, un instrument d’émancipation de l’individu ainsi libéré de l’aliénation du travail. C’est une mesure humaniste, fondée sur la responsabilisation de chacun. Or, pour le candidat socialiste, « les auditeurs de JUL n’ont pas prouvé qu’ils étaient capables de se comporter en citoyens responsables. Ils se savent la risée de la France et de l’Europe mais persistent dans leur égarement en faisant des J avec les doigts et en chantant à tue-tête des paroles totalement dépourvues de sens ».

Les fans de JUL « ont rompu le pacte républicain »

Tout libertarien qu’il est, Benoît Hamon ne peut donc pas, explique-t-il, allouer un revenu mensuel à des personnes « qui ont sciemment rompu, par leurs choix musicaux, le contrat social et le pacte républicain, et se mettent ainsi volontairement en marge de la société ».

Pour Hermine S. et Lisa R., militantes MJS venues exprès de Brive-la-Gaillarde, c’en est trop. L’intransigeance vallsienne de leur candidat ne passe pas. « Ce n’est pas tant qu’on est fans de JUL – encore que ‘‘Wesh alors’’ est quand même pas mal », expliquent-t-elles entre colère et déception. « Mais ça nous paraît excessif et injuste d’accorder le revenu universel aux fans de Soprano et de le refuser à ceux de JUL ».

Publicité
Publicité