Selon une étude, le bonheur serait étroitement corrélé à l’ajout de fromage fondu sur tout

35 Publié le 12/12/2017 par La Rédaction
Crédits :margouillatphotos

C’est une étude norvégienne qui vient confirmer une croyance populaire ancrée de longue date dans l’imaginaire collectif. Le bonheur d’un individu serait en effet étroitement lié à l’ajout de fromage fondu sur tout. Décryptage.

Olaf Girgodsön est un neurochirurgien qui s’est spécialisé dans l’analyse du processus de création de sérotonine, vulgairement appelée hormone du bonheur. Et il est formel. Le fromage fondu aurait un impact sur l’organisme comparable à celui engendré par un triple orgasme ou par la vision d’une tarte à la crème s’écrasant sur le visage de Bernard-Henri Levy.

Notre corps produit de la sérotonine en permanence, avec des pics de production quand on fait des choses qui nous font du bien. À l’inverse, se cogner le gros orteil, manger de la poussière ou entendre la voix de Christine Angot entraîne une baisse notable de la production de sérotonine. Une baisse qui, selon cette étude, pourrait être compensée par l’ingestion de 100 grammes de cheddar fondu ou d’une tranche de Comté affiné 20 mois légèrement grillée au four.

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a déclaré prendre cette étude très au sérieux. À horizon 2018, l’achat de mozzarella et de reblochon pourrait ainsi être remboursé par la sécurité sociale sur simple présentation d’une carte vitale.

Publicité
Publicité