Course-poursuite : Le Porsche Cayenne échappe une nouvelle fois au Citroën Berlingo de la police nationale

51 Publié le 21/11/2018 par La Rédaction
Crédits :Gwengoat

Michel Bouzet a bien cru que cette fois, c’était la bonne. Le commissaire de police et son équipe ont tenté samedi dernier de rattraper un Porsche Cayenne en fuite avant de se faire distancer au bout de 200 mètres. Reportage

« On était à un cheveu ! » nous confie, encore fou de rage, le commissaire de police en plein débriefing avec son équipe. Tout a débuté aux alentours de 17 heures, avenue de Clichy, lorsque le Porsche Cayenne a brûlé un feu rouge devant les policiers stationnés à cet endroit. “Nous avons immédiatement engagé la poursuite” raconte Jason, installé à l’arrière.
“Oui, enfin, juste après qu’on a réussi à démarrer, car y’a les bougies du Berlingo qui déconnent.” tempère Thierry, assis lui aussi à l’arrière pendant la poursuite.

“A vide et en descente, le Berlingo a déjà atteint 158 KM/H, ce qui n’est pas rien”

Au bout de cinquante mètres, la voiture en fuite a passé la seconde et a littéralement déposé le véhicule de police qui roulait, lui, à fond en cinquième.
“Nous étions beaucoup trop lourds, alors j’ai ordonné à Jason et Thierry de sauter par la porte latérale du Berlingo, mais tout cela n’a pas suffi. Nous nous sommes fait distancer et la voiture s’est mise à fumer, nous avons dû nous arrêter et évacuer le véhicule, c’est un échec cuisant” avoue le commissaire, dépité, le regard fixé sur le poster des Lamborghini de la police de Dubaï accroché au mur.

De son côté, le directeur de la police nationale tient à rassurer ses troupes “Il ne faut pas sous-estimer nos Berlingo! A vide et en descente, l’un d’eux a déjà atteint la vitesse de 158km/h, ce qui n’est pas rien ! Alors, certes, il s’est disloqué à la fin, mais le Berlingo a fait ses preuves. Si nous prenons des voitures trop puissantes, nous risquons de rattraper tous les véhicules en fuite et nos prisons sont déjà pleines.”

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité