Pour prouver sa sécurité, la centrale nucléaire de Fessenheim ouvre un jardin d’enfants

44 Publié le 17/01/2013 par La Rédaction

Fessenheim – EDF inaugurait ce matin le jardin d’enfants dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Fessenheim, une première en France. Une idée qui divise les médias mais qui, pour EDF, est surtout là pour rassurer quant à la sécurité et la fiabilité de ses installations.

Fessenheim – EDF inaugurait ce matin le jardin d’enfants dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Fessenheim, une première en France. Une idée qui divise les médias mais qui, pour EDF, est surtout là pour rassurer quant à la sécurité et la fiabilité de ses installations.

Transformer la centrale nucléaire en havre de paix

Des balançoires, un bac à sable, une marelle. On pourrait se croire dans une cour d’école mais nous sommes bien dans l’enceinte d’une centrale nucléaire, celle de Fessenheim, en Alsace. Sous les feux des médias depuis des mois pour des dysfonctionnements à répétition, la centrale nucléaire de Fessenheim a décidé de se montrer sous un nouveau jour, plus accueillant. Avec l’ouverture du premier jardin d’enfants dans l’enceinte d’une centrale nucléaire en France, EDF espère faire enfin taire les mauvaises langues sur la sécurité de la plus vieille centrale nucléaire de France.

L’inauguration du jardin, ce matin, en présence d’élus locaux, des enfants des environs et des médias s’est déroulée sans problème sanitaire majeur. « Nous n’avons constaté aucune fuite, ni dégagement gazeux » assure la Préfecture.

Pour EDF, l’objectif est de transformer la centrale nucléaire en nouveau havre de paix. « On raconte beaucoup de choses négatives sur les centrales nucléaires, elles ont toujours le mauvais rôle, nous voulons montrer qu’il est parfaitement sain de vivre à côté d’une centre nucléaire, voire tout à côté » explique Thierry Rosso, directeur de la centrale. Le projet de ce jardin d’enfants a été élaboré à la fois par l’État et EDF. « Que les parents se rassurent, la sécurité des enfants sera assurée ». Il insiste ainsi sur la présence d’un stock de pastilles d’iode auxquelles les enfants auront accès en cas d’urgence et ce dans les plus brefs délais. « Chaque enfant sera équipé d’un dosimètre, il n’y a aucune crainte à avoir » rappelle-t-il.

Les parents ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme et ne s’attardent pas sur les récents problèmes de sécurité et la volonté du gouvernement de fermer la plus vieille centrale nucléaire d’Europe. « Oui, j’ai entendu parler de ces histoires, mais les journaux exagèrent beaucoup, il faut bien vendre du papier » explique ce jeune parent qui a accompagné son fils, Bastien. L’initiative de Fessenheim pourrait bien ne pas rester isolée. Areva a, de son côté, annoncé qu’elle réfléchissait à la création d’une colonie de vacances à proximité de son usine de retraitement de La Hague.

Le Gorafi

Illustration : Wikicommon / Florival fr

Publicité
Publicité