Un journaliste de « Philosophie Magazine » victime d’un attentat existentialiste

26 Publié le 12/12/2013 par La Rédaction

Nouvelle attaque contre les médias ? Quelques semaine après l’arrestation du tireur parisien qui visait plusieurs rédactions télé et presse, c’est au tour du magazine « Philosophie magazine » d’être la cible d’un attentat. Un attentat qui porte la marque des milieux liés à l’ultra-existentialisme.

Nouvelle attaque contre les médias ? Quelques semaines après l’arrestation du tireur parisien qui visait plusieurs rédactions télé et presse, c’est au tour du magazine « Philosophie magazine » d’être la cible d’un attentat. Un attentat qui porte la marque des milieux liés à l’ultra-existentialisme.

Selon plusieurs témoins, un homme a agressé un des rédacteurs et a tenu des propos particulièrement menaçants. « Il tenait un exemplaire de « L’Existentialisme est-il un humanisme ? ». Il est entré dans le hall et l’a pointé contre un rédacteur et la personne de l’accueil » a expliqué le rédacteur en chef du magazine. La scène en elle-même n’a duré qu’une dizaine de secondes. « Cela a été très rapide, je n’ai pas compris exactement ce que l’individu a dit » a expliqué un des rédacteurs visé dans l’attaque, grièvement blessé dans son sur-moi. « C’était quelque chose sur le déterminisme, c’était très violent ».

Une attaque qui intervient dans un climat très tendu. Selon plusieurs sources, le même individu se serait introduit il y a deux jours dans les locaux du « Magazine Littéraire ». L’homme avait brièvement menacé de chosification deux personnes à l’accueil avant de prendre la fuite. « Nous allons immédiatement renforcer les mesures de sécurité auprès des autres médias. Le signalement de la personne va être transmis aux forces de police » a annoncé la Préfecture qui oriente sa traque vers la nébuleuse des milieux troubles de l’ultra existentialisme.

Quelques minutes après avoir agressé un rédacteur de « Philosophie Magazine », le même individu aurait été aperçu renversant le rayon philosophie occidentale de la librairie Gibert Jeune, dans le quartier Saint-Michel. La police appelle cependant à ne pas céder à la panique. tandis que les réseaux sociaux, la rumeur s’est déjà emparée du « philosophe fou » aperçu aux quatre coins de Paris. Comme le soulignait la Préfecture, « la dernière chose que nous souhaitons, c’est une psychose ou une anarchie ontologique ».

La Rédaction

Photo: Capture d’écran Twitter

Publicité
Publicité