La couche d’ozone détruite après un Paris Limoges en Golf GTI

83 Publié le 29/09/2015 par La Rédaction

La couche d’ozone de la terre a été anéantie vendredi soir sur les coups de vingt deux heures. À l’origine de ce drame qui devrait provoquer irrémédiablement la destruction de l’humanité : un homme. Ou plutôt un homme et sa voiture. Reportage.

 

Il est dix-huit heures vendredi quand Jean-Yves prend la terrible décision de sortir sa Golf GTI de son garage pour partir voir sa famille à Limoges. Au bout de vingt kilomètres, c’est déjà un trou de la taille du Texas qui apparaît dans la couche d’ozone selon les scientifiques ayant donné l’alerte. La Golf entre ensuite sur l’autoroute et Jean-Yves enclenche la cinquième. Une décision qui va tous nous condamner. Très rapidement le trou s’étend de plus en plus dans la couche stratosphérique ; lorsqu’il arrive à Bourges, le pôle nord et le pôle sud ont déjà pratiquement fondu.

L’hypothèse de l’attaque nucléaire écartée

Vingt-heures-trente, une réunion de crise en urgence a lieu avec les plus grands chefs d’Etat. On pense d’abord à une attaque nucléaire mais au vu de l’ampleur des dégâts, c’est la piste de Golf GTI qui est vite confirmée. Malheureusement, la Golf est impossible à localiser à cause de ses émissions de CO2 qui brouillent tous les radars sur un rayon de mille kilomètres. À vingt et une heures, les chefs d’Etats croient au miracle quand Jean-Yves s’arrête près de Châteauroux. Mais l’espoir est de courte durée – il s’agissait en réalité d’une halte pour s’acheter un sandwich triangle à la mimolette. Jean-Yves finira son voyage jusqu’à Limoges anéantissant les derniers espoirs de vie sur Terre. Ou du moins presque.

Condamnés à vivre sous les eaux

En effet, en l’absence de couche d’ozone dans la haute atmosphère et donc de dioxygène, seul les espèces vivant sous la mer à une profondeur suffisante vont pouvoir survivre : les mollusques, les méduses et bien sur les Snorky.

Publicité
Publicité