Les dealers qui font vivre tout un quartier auront droit à des allocations-retraites comme les autres

35 Publié le 04/02/2016 par La Rédaction

D’abord promesse de campagne de François Hollande, le projet de loi permettant aux dealers de quartier de bénéficier d’allocations-retraites est désormais chose faite. C’est seulement à 4 voix d’avance que la majorité a pu faire passer ce projet tant attendu par les dealers de tout âge.

 

« Quand un dealer travaille jour et nuit, presque tous les jours de la semaine, pour dégager un bénéfice sur ses ventes d’auto-entrepreneur, qu’il embauche des guetteurs dans son quartier en « emploi-jeune », et qu’il forme d’autres gens à son métier de petit artisan/commerçant sans forcément demander des subventions à Pôle emploi, cela mérite une récompense » explique, confiante Myriam El Khomri Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

Des dealers surpris mais satisfaits

Jimmy et Bachir* sont deux dealers d’Aubervilliers (93) de 21 et 27 ans. « On est très heureux de voir qu’on aura droit nous aussi à une retraite, comme les autres, même si on ne cotise pas pour le reste ! » affirme Jimmy, ce grand gaillard boutonneux qui empeste l’Aqua di Gio. « Ouais ! On va peser quand on sera vieux » ajoute Bachir en mâchonnant un Carambar périmé.

Des quartiers qui ne sombrent pas grâce au trafic

Selon les études les plus récentes, le trafic de drogue permet de faire vivre plusieurs quartiers en France ce qui permet au gouvernement de « souffler » et de « relâcher un peu la pression ». Ainsi, dans certains quartiers de Saint-Ouen (93), les dealers s’occupent aussi bien de l’éducation des enfants (les cours sont donnés dans un terrain vague où des 4×4 tressautent sur du hip-hop west-coast), de la sécurité dans les rues et du traitement des déchets ménagers.

Toujours selon la ministre du Travail « Les coins où les dealers décident de s’installer sont de vrais pôles d’activité dans les cités. L’argent rentre, les dealers embauchent, sous-traitent, et surtout cela permet à tout ce petit monde de consommer. Combien de familles ont pu se payer un téléviseur haute définition grâce à l’argent récolté ? Combien de kebabs ont pu se monter en quelques semaines pour blanchir tout cet argent ? Le gouvernement soutient les bonnes initiatives, et comme dit Emmanuel Macron : il faut aimer l’entreprise ! ».

*Les noms n’ont pas été modifiés.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité