Ce qu’il fallait retenir de la conférence de presse de François Fillon

67 Publié le 06/02/2017 par La Rédaction

Ce qu’il fallait retenir de cette conférence de presse résumée avec des lettres et des mots.

 

Il s’est exprimé au travers de micros
Ces petits appareils électroniques incroyablement pratiques ont permis d’entendre de manière intelligible tout ce qu’il a dit de manière simultanée et ont même autorisé en outre une possible captation de ses propos. Pour plus d’informations sur cette incroyable merveille technologique, consultez ceci https://fr.wikipedia.org/wiki/Microphone

Il a prononcé quatre fois le mot « saucisses »
Au bout de dix minutes, François Fillon mentionne le mot « saucisse ». Le mot est lâché de manière isolée, sans contexte et surprend tout le monde. Puis une autre fois, quelques minutes plus tard. Pourquoi « saucisse » ? Quel est son sens caché ? Pluriel ou singulier ? Toujours est-il que François Fillon va le prononcer encore deux fois dans un verbatim surprenant : « Saucisse saucisse » souhaitant peut-être provoquer une réaction des médias

Les sommes présentées étaient en anciens francs
François Fillon affirme toujours calculer en anciens francs « une vieille habitude dont il n’arrive pas à se défaire ». Ainsi, ce n’est pas 900 000 euros, mais 900 000 anciens francs et donc 9000 francs nouveaux et donc 1370 euros.

Un journaliste du Canard enchaîné accidentellement écrasé
Alors qu’il allait poser une question, un journaliste du « Canard » a été écrasé par deux réfrigérateurs et un piano. L’incident « dramatique et terrible » selon François Fillon a été causé par des déménageurs « maladroits » qui travaillaient dans les étages. « On espère qu’il va se remettre très vite pour enquêter sur moi » a souligné M. Fillon. L’accident a fait une autre victime, une journaliste de Mediapart qui, sans explication, se trouvait dans un des deux réfrigérateurs.

Des propos en anglais mal traduits
Selon M. Fillon, les propos de sa femme dans le reportage du Telegraph, repris par Envoyé Special, ont été mal traduits. « Ma femme ne disait pas qu’elle n’était pas mon assistante. Elle a dit « Oui ce petit verre de blanc était pas mal ». Toujours selon M. Fillon « Toutes les personnes qui comprennent l’anglais sont d’accord mais hélas très peu de gens parlent anglais en France, donc il a été facile aux journalistes de mentir là dessus ».

Publicité
Publicité