Le major du bac avec 21,24 de moyenne plaque tout pour devenir rasta blanc

34 Publié le 11/07/2017 par La Rédaction
© Juanmonino

Étonnement et déception pour les parents d’Antoine Bosco, dont les choix post-bac ne prennent définitivement pas la tournure escomptée.

 

Les portes des meilleures écoles lui étaient ouvertes, les classes prépas les plus sélectives de la capitale s’arrachaient son dossier et Yale lui avait même offert une bourse. Las, Antoine s’est orienté vers un projet légèrement moins ambitieux : il a décidé de devenir rasta blanc.

Le jeune homme n’en démord pas – et s’est renseigné. Le cursus qu’il a choisi est d’après lui l’un des meilleurs, parrainé par une haute figure de la culture rasta blanche : Pierpoljak. Il consisterait en 6 mois de formation initiale à Rennes, avec un accent sur l’apprentissage des basiques: roulage de cigarettes, djembé, port du poncho. Une fois les dreadlocks constituées -et pour peu que leur longueur soit suffisante- l’élève peut alors entamer 6 mois de stage pratique, sur le terrain. « Notre-Dame-des-Landes ou l’ex-jungle de Calais, il faut voir« , précise l’intéressé.

Posters de La Rue Ketanou

À l’issue de cette préparation, une fois rasta blanc certifié, Antoine pourra entrer gratuitement aux Solidays, faire pousser de la native et bénéficier d’une réduction sur les didgeridoo chez les revendeurs agréés.
Reconnu par ses pairs partout en France, Antoine aura tout le loisir de s’exprimer avec eux d’une voix traînante, ponctuant chacune de ses phrases de « man » sans crainte du ridicule.

Les parents du jeune homme veulent croire au caractère provisoire de ce choix pour le moins brumeux. « Notre fils a été élevé au grain, ce n’est qu’une passade« , martèle le père d’une voix forte mais qui peine à couvrir les sanglots de son épouse. Et pour cause : le garçon fait montre d’une détermination qui n’augure rien de bon.
Le père le concède d’une voix blanche: « Effectivement, il vient d’accrocher des posters de Ska-P et La Rue Ketanou…« . En entendant cela, les pleurs de la mère redoublent d’intensité.

Publicité
Publicité