Le temps d’obtenir sa nouvelle carte d’identité, elle est déjà périmée

69 Publié le 24/08/2017 par La Rédaction
Crédits :gael_f

L’épisode s’est déroulé cette semaine à Niort (79). Alors qu’il avait enfin obtenu gain de cause auprès de sa mairie pour faire renouveler sa carte d’identité, Nicolas (33 ans) s’est aperçu que la nouvelle pièce était déjà périmée. En cause : une dizaine d’années de démarches administratives ayant rendu la procédure obsolète alors que celle-ci touchait enfin à sa fin. Reportage.

 

Quinze ans, trois mois, deux semaines et quatre jours : tel est le temps qu’il aura fallu à Nicolas pour venir à bout de la paperasse administrative réclamée par la mairie des Deux-Sèvres. « Je m’attendais à ce que ça puisse prendre du temps, genre neuf ou dix ans. Ça m’aurait laissé au moins cinq bonnes années pour profiter de ma carte d’identité, voyager, trouver du travail… Malheureusement, rien ne s’est passé comme prévu. », raconte-t-il abattu.

En effet, malgré un premier dossier béton, Nicolas voit dans un premier temps sa demande bloquée en préfecture pour des raisons de « gestion ». « J’ai trouvé ça bizarre car j’avais bien mis les timbres, les photocopies de ma carte d’identité et la déclaration sur l’honneur que je n’étais pas un reptilien. Heureusement ils m’ont très vite dit qu’ils avaient confondu avec un autre dossier : le mien était juste égaré depuis quatre ans » explique-t-il en nous regardant bizarrement.

S’ensuivent alors plusieurs années où Nicolas remue ciel et terre pour faire valider des dossiers, systématiquement refusés. « La première fois, c’était parce qu’il manquait la caution de mes grands parents. La seconde parce que mon passeport avait entre temps périmé et qu’il fallait le renouveler, ce qui a pris cinq nouvelles années. Un an après, mon dossier était complet mais ils l’avaient à nouveau égaré, » termine-t-il avant de partir dans un fou rire saccadé et très aigu.

Aujourd’hui, les perspectives sont maigres pour Nicolas qui avait entre temps été licencié de son travail pour avoir posé trop de journées afin de se rendre à la mairie. « Heureusement maintenant je suis rodé, je mettrai beaucoup moins de temps à obtenir une nouvelle PI » nous confie-t-il optimiste avant de se faire refuser son dossier sous prétexte que sa dernière carte n’est pas en règle.

Publicité
Publicité