Le CSA autorise les coupures pub entre deux de vos rêves

0 Publié le 23/05/2019 par La Rédaction
© Geber86

Après le métro, internet, et notre boîte aux lettres, dorénavant, notre sommeil pourra lui aussi être interrompu par une pub pour les lingettes. Reportage.

Le CSA a confirmé l’info ce matin par la voix de son président Roch-Olivier Maistre “ Bien sûr, les annonceurs devront respecter les règles de déontologie. Comme pour les films à la télévision, les rêves ne peuvent pas faire l’objet de plus de deux interruptions publicitaires. On a trouvait dommage que ce temps de cerveau disponible reste vierge de toute pub pour des produits menant vers l’obésité, le surendettement et l’agriculture intensive, le tir a été rectifié ” précisaient-ils ce matin au micro d’Europe 1

Un nouveau moyen de communiquer efficace pour les marques qui peuvent proposer des produits personnalisés en fonction de la teneur des rêves du consommateur. Même si parfois, l’étrangeté des songes, crée quelques difficultés qu’il faut savoir décrypter “ sur l’échantillon test, on avait un trentenaire nommé Miki, habitant les Yvelines. Ils faisaient des rêves érotiques. On voulait donc proposer des espaces publicitaire pour des messageries roses ou des sites de rencontres coquins. Mais Il ne faisait pas des rêves érotiques classiques… Il couchait avec une cartouche de Marlboro Light. A l’aide d’un psychanalyste, on compris qu’il était obsédé par la clope pas par les femmes, et on a donc préféré proposer à Nicorette de caler des publicités pour ses patchs”

Les rêves constituent la première étape de la colonisation de notre intimité par la publicité. Demain les communicants espèrent pouvoir pénétrer un autre environnement pour toucher les plus jeunes : l’utérus des femmes enceintes. Il espèrent ainsi préparer les jeunes embryons à devenir des futurs consommateurs dès la crèche.

Publicité
Publicité