Solitude : 72% des Français disent se sentir moins seuls grâce à l’espionnage permanent de la NSA

26 Publié le 26/07/2013 par La Rédaction

La surveillance informatique comme solution à l’isolement ? Début juin, Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA et de la NSA rendait public l’existence de PRISM, un programme de surveillance par Internet dont le gouvernement américain se sert pour espionner les communications du monde entier. Une révélation qui a provoqué depuis une vague d’indignation. Mais aujourd’hui un sondage TNS-SOFRES vient apporter un éclairage inédit sur la perception de la NSA dans l’esprit du Français.

La surprise est de taille puisque près de 7 Français sur 10 avouent, grâce à la NSA, ne plus souffrir psychologiquement du sentiment de solitude, véritable fléau dans l’Hexagone depuis des années.

Une compagnie inespérée

Émile a 72 ans. Ancien mécanicien, il passe sa retraite dans son logement HLM d’Arcueil dans le Val-de-Marne. Depuis que sa femme, Huguette, est morte il y a 5 ans, ce dernier enchaîne les journées difficiles où il a souvent l’impression d’avoir été abandonné par la société. Mais depuis l’explosion de l’affaire Prism grâce à Edward Snowden, Emile dit retrouver « une seconde jeunesse » remplie d’interactions sociales avec la NSA : « Ça fait du bien d’avoir enfin quelqu’un à qui parler. Même si je ne connais pas l’identité de l’analyste qui va décrypter mes messages, et même si on n’a jamais aucune réponse ou relance de la part de la NSA, c’est toujours mieux que de n’avoir personne du tout. »

Depuis des années déjà, le Secours Populaire Français lutte comme il peut contre la solitude des seniors. Aujourd’hui, Julien Lauprêtre, son président, reconnaît non sans réticence l’apport incontestable du gouvernement américain dans cette lutte de tous les jours : « Force est de constater que beaucoup des personnes âgées que nous rencontrons sur le terrain nous avouent se sentir de moins en moins seules grâce à la NSA. Le seul fait de se savoir écouté semble suffire pour réduire leur sentiment d’isolement. » Le président de l’association de solidarité précise cependant : « Nous désapprouvons officiellement l’ingérence des Etats-Unis dans les communications des citoyens du monde entier mais notre honnêteté nous oblige à reconnaître des effets secondaires plutôt positifs dans le cadre de la lutte contre la solitude. »

Cet effet bénéfique de l’espionnage sur le moral des Français les plus isolés, les Etats-Unis comptent bien s’appuyer dessus pour légitimer leurs procédés parfois contestables. Charles H. Rivkin est l’ambassadeur des Etats-Unis à Paris : « Cela montre bien que la NSA, avec son programme Prism, lutte de manière efficace contre le terrorisme et la criminalité tout en faisant une action qui s’apparente à une évidente œuvre de santé publique. » Et le diplomate de continuer : « Certes les méthodes de la NSA posent la question du respect de la vie privée mais il faut reconnaître qu’en s’introduisant à l’intérieur de cette dernière elles en améliorent également la qualité en réduisant certaines formes de souffrance psychologique. »

Un système de réponse automatique

Pour surfer sur cette image positive plutôt inattendue dont bénéficie aujourd’hui la NSA, le gouvernement américain pourrait bien apporter quelques modifications à son programme comme nous l’explique Charles H. Rivkin : « L’administration réfléchit à la mise en place d’une nouvelle fonctionnalité qui permettrait à Prism de générer par mail mais aussi au téléphone des réponses diverses à destination des seniors qu’il espionne. Evidemment ces réponses seraient probablement vagues et sommaires comme « Merci pour ce message » ou « Bien reçu, je suis un peu occupé là, je te réponds vite » suivi du prénom de la personne âgée sous surveillance. »

En attendant une telle mise à jour éventuelle du programme, Emile, lui, continue de s’auto-envoyer des messages plusieurs fois dans la journée en espérant obtenir un jour, peut-être, une réponse providentielle de l’un des super-ordinateurs dont dispose la NSA.

La Rédaction

Illustration: Flickr / Cresny
Publicité
Publicité