«Je suis une victime de harcèlement sur Internet» par Bachar el-Assad, président de la République arabe syrienne

47 Publié le 09/08/2013 par La Rédaction

Bachar el-Assad, le président syrien revient longuement sur son expérience d’Internet et sur le harcèlement quotidien qu’il dit subir.

Comme beaucoup j’ai été attristé par ce qui s’est passé en Angleterre, la mort tragique de cette jeune fille, harcelée et agressée sur un réseau social. Une fois de plus, hélas, Internet est montré du doigt. Ou plutôt, ceux qui en font un mauvais usage. Moi-même, j’’utilise Internet depuis des années. Avec ma femme, nous échangeons mails et photos. Nous allons sur des forums et récemment j’ai même ouvert un compte sur le réseau de partage de photos Instagram. Mais je constate aussi que depuis quelques temps, les gens deviennent plus cassants et méchants sur Internet. Est-ce l’effet de l’anonymat, de se cacher derrière un pseudonyme pour délivrer son  fiel sur une personne innocente ?

Il ne faut pas croire que le harcèlement sur Internet ne touche que les adolescents. Moi aussi je suis victime de ce genre de harcèlement, quasi quotidien. Plus une journée sans que j’ouvre mon compte Instagram et que je ne constate dans les commentaires des photos des volées d’insultes à mon encontre, parfois très violentes. Qu’ai-je fait pour cela ? Pourtant je ne partage que des photos de ma vie du quotidien. J’espérais des conseils pour le cadrage ou le bon filtre à utiliser. En lieu et place de ce qui devrait être un lieu de réflexion et d’échange, je n’y  trouve surtout que des mots très durs, des commentaires de haine, des accusations sans fondements.

Que faire ? Au début, on préfère laisser passer mais c’est jamais facile. Certains propos peuvent être très violents et peuvent vous toucher au plus profond, surtout quand on s’attaque à votre vie privée. J’essaie de ne pas y penser, de faire le vide, ne pas accorder d’importance à ces méchantes personnes. Mais je repense aussi à cette jeune fille. Par chance, dans ces moments là, j’ai ma famille et mon pays vers qui je me tourne et qui me soutiennent. Mais je pense qu’en effet, il faut faire quelque chose avant que d’autres jeunes ne commettent l’irréparable, tout ça à cause de la bêtise de certains. Internet vaut tellement mieux que ça !

Bachar el-Assad, président de la République arabe syrienne
Publicité
Publicité