Rugby : Picamoles espère changer de nom d’ici la fin de la saison

50 Publié le 08/10/2013 par La Rédaction

Le troisième ligne centre du XV de France et du Stade Toulousain ne baisse pas les bras. Alors qu’il vient d’effectuer son retour samedi dernier face au Stade Français après une blessure à la hanche, le rugbyman s’exprime aujourd’hui sur le site Internet du journal l’Equipe.

Le troisième ligne centre du XV de France et du Stade Toulousain ne baisse pas les bras. Alors qu’il vient d’effectuer son retour samedi dernier face au Stade Français après une blessure à la hanche, le rugbyman s’exprime aujourd’hui sur le site Internet du journal l’Equipe. Et une fois n’est pas coutume, le joueur délaisse les terrains pour parler d’un combat plus personnel, celui de son patronyme qu’il compte bien changer au plus vite.

« Le plus grand défi de ma carrière »

Louis Picamoles, 27 ans, n’est pas du genre à se laisser abattre. Il ne l’a pas fait suite à son récent problème physique et il ne le fait pas non plus sur ce projet qui lui tient à cœur. Car depuis 2 semaines, le toulousain a selon ses propos entrepris les démarches nécessaires pour modifier son nom de famille qu’il juge trop pénalisant professionnellement.

« C’est dur de s’appeler Picamoles quand on est rugbyman pro. D’abord il y a « Pic » dedans et surtout il y a « moles ». Je dois me soucier principalement de mes performances sur le terrain mais il est aussi nécessaire de faire attention à son image quand on évolue à mon niveau. Et à cet égard, mon nom de famille m’a desservi plus qu’autre chose jusque là. » reconnaît le sportif originaire de Paris dans son entretien publié sur l’Equipe.fr.

Dans le cadre de cette petite révolution sur le plan personnel et professionnel, ce dernier assure avoir commencé à se renseigner sur la procédure à suivre : « Légalement, pour pouvoir changer de nom de famille il faut par exemple en posséder un difficile à porter en raison de sa consonance ridicule ou péjorative. Et je crois que je rentre parfaitement dans ce cadre là. »

En perpétuel remue-méninges

Bien que la procédure administrative pour changer de nom en France paraisse plutôt aisée, le plus dur pour Louis Picamoles sera sans doute de choisir un nouveau nom qu’il compte bien adopter de manière définitive. Et c’est parce qu’il dit vouloir prendre sa décision au plus vite et quoi qu’il arrive avant la fin de la saison que le joueur ne cesse de réfléchir aux pistes qui s’offrent à lui : « J’ai déjà quelques idées qui pourraient bien marcher mais je n’en suis pas encore sûr à 100%. Dans les options les plus sérieuses il y a entre autres « Fourchalente » ou « Couteaudur ». Il reste dans l’esprit du nom de mes parents mais sont bien moins sujets à la moquerie que mon patronyme actuel. »

 

La Rédaction

 
Illustration: Wikicommons / Caroline Léna Baker
Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité