Un CRS cogne son fils pendant les vacances pour ne pas perdre la main avant la reprise du travail

44 Publié le 18/04/2016 par La Rédaction

Dans une société hyper concurrentielle, de plus en plus de citoyens se sentent obligés de travailler pendant leurs périodes de repos. C’est le cas de Roger, CRS, qui n’hésite pas à cogner son fils en dehors de ses heures de service pour garder la main. Reportage.

Jeudi, quinze heures. Les touristes profitent de la plage et de la chaleur printanière du Sud de l’Espagne. Alors que sa femme barbotte avec sa jeune fille, Roger a emporté du travail avec lui sur la plage; un taser, une bombe lacrymogène et son tonfa qu’il n’hésite pas à utiliser quand son fils hausse un peu trop le ton. « Aujourd‘hui, même pour nous, dans la fonction publique, il faut rester au top » nous explique-t-il alors qu’il met des coups de pied dans le ventre de son chérubin.

Il est vrai que le métier de CRS nécessite un travail régulier, et malgré ses efforts pour rester dans le coup, Roger a toujours une forme d’appréhension avant la rentrée. « J’ai la matraque qui tremble un peu au début, puis après ça roule tout seul et j’enchaîne les bavures normalement. » nous explique-t-il alors qu’il gaze son fils qui venait de secouer sa serviette un peu trop près de lui. Même si ses amis le décrivent comme un travailleur zélé, lui a un tout autre point de vue « Je n’ai aucun mérite. J’aime cogner. Surtout des gens faibles et sans défense » .

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité