Économie : le FN va plus loin et promet le retour du sesterce

273 Publié le 27/04/2017 par La Rédaction
© Wikimedia Commons / Siren-Com

Enhardie par sa qualification au second tour, Marine Le Pen s’est engagée ce matin à revenir non plus au franc mais à la monnaie de nos illustres ancêtres. Une mesure risquée.

 

Crédité de 40% des intentions de vote, le FN n’entend pas se faire damer le pion par un Emmanuel Macron déjà triomphaliste : Marine Le Pen, toujours plus audacieuse, alternait déjà promesses en l’air à des ouvriers précarisés et sessions de formation au hacking auprès des services secrets russes. La candidate cherche aujourd’hui à séduire un électorat « nostalgique de son héritage fiduciaire ».

En effet, alors que son programme ne prévoyait qu’un modeste retour au franc Poincaré de 1928, Marine Le Pen veut désormais voir « plus loin en arrière » : il s’agirait de remonter au IIe siècle av. J.C. et de remplacer « l’infâme monnaie technocratique de Bruxelles » par le sesterce romain ou le statère gaulois. « La décision sera prise en conseil des chefs de tribus », précise Steeve Briois, vice-président du parti, se référant aux préfets de région et de département. « Pour ma part je préférerais le statère, car la monnaie des ritals merci mais non merci ».

« Plus d’échanges, plus de problèmes »

La candidate frontiste, fervente amatrice d’ « Astérix » et qui rechigne rarement à une petite taille de menhir le weekend, nie avoir puisé son inspiration dans la célèbre BD. Pour elle, la mesure repose sur une simple rationalité économique : « Tous nos problèmes sont liés à la convertibilité des monnaies entre elles. Réinventons une monnaie qui ne s’échange avec aucune autre et n’est reconnue par aucun pays : plus de bourse, plus d’échanges, plus de problèmes ».

Interrogé par le Gorafi quant à la faisabilité de la mesure, le directeur de la Banque de France n’a pas semblé prendre l’annonce au sérieux, se bornant à déclarer qu’une telle réforme « nécessiterait l’aval du grand druide ».

 

 

Publicité
Publicité