Seveso – L’état va démanteler les villes trop proches des usines à risques

0 Publié le 02/10/2019 par La Rédaction
Image parRalf Vetterle de Pixabay

C’est un fait, la France compte aujourd’hui plus d’usines dangereuses que de villes et “le gouvernement ne va pas rester les bras croisés” s’est félicité Edouard Philippe lors de sa conférence de presse. Pour le le Premier ministre, le calcul a été rapide, il sera plus facile de déplacer les villes concernées que les usines remplies de produits toxiques.

“Les usines pourront exploser et brûler sans que ça ne dérange personne et sans que la presse n’en fasse tout un fromage” a t-il ajouté. Afin de laisser les français s’organiser, le démantèlement aura lieu à partir janvier 2021, et d’ailleurs, les habitants sont encouragés à mettre la main à la pâte. Claude habitant de Rouen a pris les devants et a démonté sa gouttière sans attendre, sa femme s’attaque quant à elle aux stores électriques qui lui donnent “du fil à retordre”. . Cette décision semble en tout cas rendre heureux certains citoyens comme Pascale qui se voit bien quitter sa Picardie natale pour le Sud-Ouest réputé pour son fois-gras.

Seule ombre au tableau, le manque de place en France.

Le gouvernement estime que seulement 50% des villes pourront être replacées. Selon les derniers plans, Toulouse et Brest se retrouveront en Ardèche, “là où il n’y a rien”. On ne sait par contre pas encore quoi faire de Belfort et Abbeville qui sont menacées de disparaître. L’état Français compte sur la solidarité de la Suisse et du Groenland pour mener son plan à bien.

Face aux multiples critiques de la part des écologistes qui pensent que ce grand déplacement “n’est qu’un contournement du problème”, Edouard Philippe répond qu’il n’a pas trouvé de meilleure idée.

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité