La Turquie retrouve un peu de calme après l’annonce du départ de Michel Denisot du Grand Journal

15 Publié le 07/06/2013 par La Rédaction

C’est la véritable première accalmie depuis le début de la contestation générale qui sévit aujourd’hui dans la société turque. Le bras de fer entre le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et ses opposants qui réclament sa démission ne faiblit pas après plus d’une semaine de conflit. Mais aujourd’hui, c’est une nouvelle venue de France qui a rassemblé pour la 1ere fois pro et anti-Erdogan de manière fragile. Et cette nouvelle n’est autre que la non reconduction de Michel Denisot au poste de présentateur du Grand Journal la saison prochaine. Une information que les deux camps ont tous deux qualifiée de « premier pas vers l’entente ».

C’est la véritable première accalmie depuis le début de la contestation générale qui sévit aujourd’hui dans la société turque. Le bras de fer entre le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et ses opposants qui réclament sa démission ne faiblit pas après plus d’une semaine de conflit. Mais aujourd’hui, c’est une nouvelle venue de France qui a rassemblé pour la 1ere fois pro et anti-Erdogan de manière fragile. Et cette nouvelle n’est autre que la non reconduction de Michel Denisot au poste de présentateur du Grand Journal la saison prochaine. Une information que les deux camps ont tous deux qualifiée de « premier pas vers l’entente ».

Une  ouverture vers le dialogue

« On est un peu soulagé. C’est un peu inattendu mais c’est une véritable bonne nouvelle » clame Senay Durmus, un biologiste de 25 ans qui descend dans les rues d’Istanbul tous les jours pour crier sa colère. Car chez les contestataires turcs du pouvoir en place, on a accueilli l’annonce de Michel Denisot comme une petite mais réelle victoire : « Certes ça n’a strictement aucun rapport avec ce qui se passe aujourd’hui dans tout le pays et ça ne résout pas tous les problèmes politiques du moment. Mais ça reste quand même une bonne nouvelle qui montre que les choses bougent ici et là. »

Du côté du pouvoir en place, on interprète le futur départ de Michel Denisot comme la première occasion de tisser un dialogue avec les leaders de l’opposition : « On est tous d’accord pour dire que c’est un élément positif et si un consensus durable peut naître de là, c’est mon devoir en tant que dirigeant du pays de saisir cette opportunité » s’est exprimé M.Erdogan, le Premier ministre turc de retour de sa tournée dans le monde arabe.

La Matinale dans tous les esprits

A la suite de cette annonce, quelques réunions de dialogue ont eu lieu à Ankara et Istanbul entre les adversaires politiques du moment pour aborder la question de savoir qui succéderait à Michel Denisot. Mais plus que sa succession, c’est un autre programme de Canal Plus qui attire le regard de tous les Turcs aujourd’hui. En effet, pro et anti-Erdogan se demandent conjointement si oui ou non la Matinale de la chaîne cryptée présentée par Ariane Massenet sera supprimée à la rentrée. Si c’était le cas, une entente solide pourrait bien voir le jour en Turquie malgré les vives tensions politiques.

La Rédaction

Illustration: Flickr / newsonline
Publicité
Publicité