RyanAir : les passagers devront piloter eux-même les avions

160 Publié le 14/08/2013 par La Rédaction

DUBLIN – Nouvelle polémique en vue pour le patron de la compagnie low cost Ryan Air. Après ses déclarations sur la volonté de faire payer les clients obèses ou ceux qui prennent des bagages en soute, celui-ci affirme qu’on peut aussi aisément se passer de pilotes et confier le pilotage de l’avion à des passagers qui en feraient la demande.

DUBLIN – Nouvelle polémique en vue pour le patron de la compagnie low cost Ryan Air. Après ses déclarations sur la volonté de faire payer les clients obèses ou ceux qui prennent des bagages en soute, celui-ci affirme qu’on peut aussi aisément se passer de pilotes et confier le pilotage de l’avion à des passagers qui en feraient la demande.

Cette fois, ce sont les pilotes qui sont dans le collimateur de la compagnie, qui souhaite que les passagers pilotent eux mêmes les avions. « Il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas piloter soi-même son avion pour aller en vacances. » explique le patron dans les colonne du Telegraph. «Pourquoi accepter de suivre les ordres d’un pilote qu’on ne connaît pas et qui va à Ibiza alors que l’on veut aller à Porto ? » dit-il. Pour lui, cette décision est la plus logique et va dans le bon sens économique. « Piloter un avion de ligne est devenu très facile grâce aux nombreux simulateurs de jeux vidéo, même mon neveu de 14 ans parvient à faire décoller un 787 sur son ordinateur ».

Le PDG a expliqué que les passagers habilités à piloter pourraient se faire connaître sur le site Internet de la compagnie au moment de la réservation de leur billet et obtiendraient ainsi une réduction de 25% sur celui-ci. « De plus, en se mettant d’accord avec d’autres passagers, l’avion pourrait ainsi desservir non plus un seul, mais plusieurs aéroports. Gain de temps et d’argent » souligne-t-il. Quant aux réserves sur la sécurité, il tranche en rappelant que la plupart des avions sont aujourd’hui automatisés « Tout le monde est d’accord pour admettre que le pilote sert aujourd’hui essentiellement pendant les phases de parking de l’appareil ».

Face aux critiques, la société se défend et affirme avoir examiné toutes les possibilités pour économiser dans un contexte de crise. Parmi les pistes, l’idée que les pilotes et personnels navigants payent aussi leur billet avait été étudiée puis finalement rejetée. « Aucune raison qu’ils voyagent gratis. Et puis quoi encore ? » avait déclaré le patron qui affirme qu’en se séparant des pilotes, la compagnie va faire plus de 95% d’économies et devenir ainsi encore plus compétitive.

La Rédaction

Photo: SimmiSimons /iStock

Publicité
Publicité