Une étude révèle que vos enfants sont des pervers narcissiques manipulateurs

97 Publié le 25/09/2013 par La Rédaction

Vivre à leur contact peut devenir un véritable enfer. La sociologue Diane Kraft, spécialiste du comportement chez l’enfant publie une étude qui démontre les liens évidents entre nos chères têtes blondes et les pervers narcissiques et manipulateurs.

Anne vit seule avec ses deux enfants, Théo et Clara, âgés de huit et trois ans qui, selon elle, excellent dans l’art du mensonge. « Souvent, je les appelle affectueusement mes petits anges ou mes petits monstres, ils m’en font voir de toutes les couleurs. C’est très dur de suivre leurs changements d’humeur. Si je les contrarie, ils peuvent passer de la tristesse à la colère en quelques secondes, et redevenir très séducteurs dans la foulée pour mieux me tromper » raconte la jeune femme.

Outre cette tendance à la manipulation mentale, Diane Kraft dresse une liste non exhaustive de critères permettant de qualifier son enfant de pervers narcissique manipulateur. « Si ses changements d’humeur vous maintiennent dans un état de stress permanent, si vous ne vous sentez pas libre depuis qu’il est entré dans votre vie, si vous ne pouvez vous empêcher de parler sans cesse de lui en son absence, alors votre enfant est probablement un manipulateur ».

La spirale de l’attachement

A ces phases de séduction se superposent plusieurs phases de culpabilisation qui visent à asseoir le sentiment de toute puissance de l’enfant. « J’ai l’impression d’être la source de tous leurs maux » raconte Anne en tentant de calmer la petite Clara qui s’agite sur ses genoux. « Je ne comprends pas, je fais tout pour eux et je ne récolte que des reproches ».

Diane Kraft explique que nous sommes devant un cas typique de perversion narcissique où la victime devient complice involontaire de son bourreau. Selon la sociologue , il n’y a qu’une seule alternative possible pour rompre cette spirale de l’attachement entre l’enfant et sa victime : « Nous avons tous été pervers narcissiques dans notre enfance, le seul moyen d’éviter de voir se reproduire ce schéma est de nous empêcher de céder au désir irrationnel de faire des enfants ».

Illustration: Istock / shironosov
Publicité
Publicité