Emmaüs va organiser une collecte d’arguments pertinents pour les détracteurs d’Anne Hidalgo

87 Publié le 12/10/2017 par La Rédaction

Face à la vague d’arguments fallacieux et à la pauvreté de la rhétorique des détracteurs d’Anne Hidalgo, Emmaüs a décidé de se mobiliser une nouvelle fois pour soutenir les plus démunis.

 

20 heures, Paris, Porte de Clignancourt. Son nom est Robert, il est taxi, et il tente d’expliquer dans un bar-tabac pourquoi Anne Hidalgo « c’est que des conneries de bobos écolos qu’elle fait », des arguments d’une pauvreté incroyable, reposant sur aucune réflexion valable ni même sur une ébauche de raisonnement et ne résistant pas longtemps à des contradicteurs qui évoqueront la sauvegarde de la planète et le côté un peu réac de Robert. Triste et loin d’être un cas isolé. Hier soir, 16 heures, dans l’indifférence la plus complète, Cédric, conducteur d’un 4X4 en plein Paris, essayait lui aussi lors d’un dîner de soutenir devant des amis pourvus d’une sensibilité écologique « pourquoi Paris n’est pas une ville piétonne et pourquoi il préfère prendre son 4X4 plutôt que de prendre un vélo pour se rendre à 4 stations de chez lui ». Face à la pauvreté de son argumentation, ses adversaires ne feront qu’une bouchée de lui. Isolé, piégé, sans ressources, il finira par lâcher comme un symbole de son désarroi « Toutes les façons, personne m’empêchera de prendre ma bagnole ».

Un constat qui n’a pas tardé à faire réagir du côté de l’association Emmaüs, qui a lancé une campagne massive pour aider ces personnes sans rhétorique. « On sait qu’ils vont perdre dans tous les cas, mais ils peuvent perdre avec dignité » déclarait une personne de l’association. Même les plus fervents écologistes ont décidé de se mobiliser après ce constat alarmant. A l’image de ce couple du 11ème arrondissement, qui a déposé ce matin un joli argument à peine utilisé « la réduction des quais va engorger les boulevards maréchaux et le périphérique déjà surchargés s’il n’y a pas parallèlement une politique d’investissements majeurs dans les transports en commun et un effort de décentralisation vers d’autres grandes villes, par le biais par exemple du déménagement d’un ministère en province. »

Malgré cette mobilisation, le constat reste alarmant. Aujourd’hui, selon une étude publiée par l’association, plus de 9 détracteurs d’Anne Hidalgo sur 10 n’ont toujours pas d’arguments valables. Une situation qui rappelle la triste crise de 2012 où l’association avait été obligée d’organiser une collecte de blagues sur François Hollande, pour aider les comiques dans le besoin dont le seul trait d’humour consistait à se moquer du poids de l’ancien président.

Publicité
Publicité