Edouard Philippe promet d’aller en banlieue « au moins une fois dans sa vie »

33 Publié le 31/05/2018 par La Rédaction
Crédits :Sami Sert

Emmanuel Macron n’a finalement pas annoncé de « Plan Banlieues », mais une série de mesures concernant la rénovation urbaine ou les stages de 3e. Edouard Philippe a souhaité apporter sa pierre à l’édifice, en prenant l’engagement d’aller « en banlieue, au moins une fois dans [sa] vie ». Une décision courageuse et presque unanimement saluée.

« Il a du cran, un tempérament de boxeur. Vous savez, rien ne lui fait peur » commentait hier soir Bruno Roger-Petit, ancien journaliste et nouveau porte-parole du gouvernement. « Il a cette détermination, cette fougue, qu’on ne retrouve que chez les sportifs de haut-niveau. Tout le monde le prenait pour un fou lorsqu’il a promis d’aller en banlieusie, euh en banlieue, mais il a pris cet engagement en connaissant les risques, et je suis certain qu’il le tiendra. »

Dans les rangs de l’opposition, seul Laurent Wauquiez dénonce déjà une « proposition intenable, et irréaliste (…) qui pourrait transformer à jamais le Premier Ministre. Il pourrait revenir radicalisé, car les radicalisations express existent ».
Selon nos sources, et pour éviter ce risque, le Premier Ministre ne poussera pas cette opération com’ jusqu’à prendre un train de banlieue (appelé RER), mais il pourrait y aller en char (le 14 juillet par exemple).

Neuilly et Levallois-Perret, des banlieues aussi

Edouard Philippe n’a pas précisé dans quelle banlieue il se rendrait. Selon le politologue Jean-Philippe Verrier « Le premier Ministre a intelligemment omis de citer des quartiers en particulier. Et il y a de grandes chances qu’il se déplace à Neuilly-sur-Seine, ou Levallois-Perret, ces banlieues chic du 92. Sur le plan de l’image, ce sera moins puissant, mais il passera pour quelqu’un qui fait ce qu’il annonce. Et c’est ça que les Français veulent ». Un choix éminemment plus sage et rassurant.

Publicité
Publicité