Connect with us

Au delà du Périphérique

Elle ne parvient pas à se faire d’amis malgré son T-shirt de groupe de musique

La Rochelle – Adèle, 17 ans, échoue toujours à se faire des amis malgré ses T-shirts à l’effigie de groupes de rock très connus, alors qu’elle espérait que cela l’aiderait à s’intégrer socialement.

Published

on

« Je me suis rapprochée d’une fille qui avait un T-shirt du même groupe que moi mais il s’est rien passé », regrette la jeune fille. « Bon, c’est vrai qu’on avait des T-shirts de deux albums différents », admet-elle. « Mais ça rapproche de savoir qu’on est toutes les deux des personnes prêtes à débourser 30 euros dans un vêtement qui ne sera plus réutilisable après avoir sué dedans au prochain concert. Je l’ai même mis sans rien par-dessus alors qu’il faisait froid. J’aurais pu m’acheter un pull du même groupe à la place, mais c’était le double du prix ».

Adèle s’est même mise à observer les T-shirts des gens qu’elle croise au lycée ainsi qu’aux concerts afin de les copier en portant les mêmes, « mais j’ai créé un moment de tension quand j’ai porté un T-shirt Metallica à la place d’un T-shirt Megadeth ».  En effet, le désespoir de la jeune fille sans amis entraîne parfois des moments gênants :
« Un jour, je me suis retrouvée coincée quand j’ai dû répondre à des questions sur la carrière de Gilbert Montagné, et la semaine dernière j’ai même dit à quelqu’un que j’avais hâte d’aller au prochain concert de Breaking Bad en France. »

Une élève de son lycée lui a assuré que son incapacité à se faire des amis n’était pas due à de mauvais goûts musicaux, mais bel et bien due à une personnalité insupportable « que des produits dérivés n’arriveront jamais à camoufler. »

Continue Reading
Advertisement

Au delà du Périphérique

La police découvre 2500 écrans plats au domicile d’une famille qui touchait l’allocation rentrée scolaire

Brest – Beau coup pour la police qui a mis la main sur près de 2500 écrans plats qu’une famille avait acheté grâce à l’allocation rentrée.

Published

on

« Avec cet argent, ils achetaient tous les écrans plats de la région, on ne trouvait plus un écran plat en vente entre Brest et Nantes » commente un brigadier. C’est un voisin étonné de voir une pile de cartons d’écrans plats dans le jardin de cette famille pourtant modeste qui a donné l’alerte. « J’ai eu des doutes quand j’ai vu 20 camions par jour s’arrêter devant chez eux et ces cartons en descendre, étrangement chaque année au mois de septembre » commente le courageux dénonciateur qui sera reçu par la Préfecture cet après-midi et décoré de la Légion d’honneur. Le père de famille a de son côté reconnu sa pleine responsabilité dans ce trafic qui inondait le marché noir d’écrans plats depuis des mois. « Au début on en achetait deux ou trois à chaque rentrée puis ça été l’engrenage. À la fin on en achetait par dizaines. On ne pouvait plus s’arrêter. C’était devenu comme une drogue » a-t-il reconnu honteux devant le juge. L’homme dormira ce soir en prison, sa demande d’avoir un carton d’écran plat pour lui tenir compagnie n’a pas été acceptée.

La police invite en outre les autres familles qui auraient acheté des écrans plats avec l’allocation rentrée scolaire à se faire connaître et promet « mansuétude et peines raisonnables ». Une brigade spéciale sera par ailleurs lancée en fin de mois, celle-ci effectuera des contrôles inopinés dans tous les foyers concernés et tiendra un inventaire d’écrans plats recensés dans chaque département. L’achat d’écrans plats sera en outre réservé aux personnes justifiant une rente annuelle ou un salaire de plus de 40 000€ par an.

Crédits photo :ISerg/iStock

Continue Reading

Au delà du Périphérique

Eric Piolle en garde à vue après la découverte de magazines de centrales nucléaires cachés sous le matelas de son lit

Le maire écologiste de Grenoble doit s’expliquer auprès des policiers après la découverte fortuite de magazines de centrales nucléaires dissimulés sous un matelas.

Published

on

« Je faisais le lit de monsieur le Maire quand j’ai voulu ajuster un des draps en soie. En soulevant le matelas, des choses sont tombées par terre » raconte la jeune femme sous le choc. « J’ai feuilleté rapidement et ce n’était que des publications sur le nucléaire, les centrales, des réacteurs » ajoute-t-elle, citant un « poster de plutonium recouvert de substance qu’elle s’est refusée à identifier ». Prévenue, la police a tenté d’établir la provenance des magazines et s’ils appartenaient bien au maire de Grenoble. Selon lui, il se dit victime d’un complot et n’avoir jamais vu ces magazines avant. « Je n’achète jamais ce genre de lectures, demandez autour de vous, personne ne m’a vu avec ! » aurait-il affirmé auprès des enquêteurs.

Une défense battue en brèche par un commerçant de Grenoble qui raconte que le maire écologiste vient chez lui plusieurs fois par mois pour s’approvisionner en magazines nucléaires. « Il essaie de se cacher derrière des lunettes mais je le reconnais, c’est bien lui, il entre dans le magasin, il fait mine de regarder les livres pornographiques, ou sur la chasse et puis discrètement il prend un ou deux magazines sur l’énergie nucléaire qu’il cache discrètement dans un Rustica ou Bien Vivre Son Jardin Bio » a-t-il révélé lors d’une conférence de presse.

Dans l’immédiat, l’état-major des Verts était encore sous le choc et se refusait à tout commentaire. « Nous nous refusons à tout commentaire » ont-ils commenté. Une affaire qui n’est pas sans rappeler celle du mois dernier quand le maire de Bordeaux avait reconnu une relation trouble avec un SUV qu’il rencontrait le soir dans les bosquets de Bordeaux-Lac.

Photo Par Enzolesourt — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, Pixabay

Continue Reading

Au delà du Périphérique

Un bureau de poste célèbre sa première demi-étoile d’avis positif sur Google

L’impensable est arrivé pour ce bureau de poste de Bordeaux-Lac que rien ne prédestinait à pareil succès. Reportage.

Published

on

Hier, la Poste du 130 Édouard vaillant de Bordeaux ferme ses portes à 18 h 00. A 18 h 01 précises, un client poste ce message sur Google « service déplorable, queue interminable, professionnalisme zéro ». Un message très classique qui ne surprend pas les responsables du bureau. Mais quelques minutes plus tard, un événement inédit survient : le client en question ajoute une demi étoile d’avis positif sur google.

« On pensait à un canular d’un collègue ou à un robot » déclare Michel qui travaille à un guichet et qui doit s’excuser auprès d’un client pour un colis égaré. Mais rapidement, l’un des membres du personnel affirme qu’il s’agit bien d’une vraie personne qui est repartie furibonde du bureau de poste plus tôt.

Dans la foulée, la petite antenne est envahie par des journalistes, et bientôt elle fait l’ouverture du journal de 20 heures. Une première historique que n’est pas prêt d’oublier Daniel, qui travaille depuis 20 ans pour l’entreprise « C’est la première fois que je vois une personne dire qu’elle a été même un petit peu contente d’être à la Poste. Que ce soit un client ou un employé d’ailleurs » nous dit-il avant d’avaler un anxiolytique.


Le Gorafi est gratuit et il doit le rester.
Vous lisez et partagez le Gorafi ?
Vous voulez continuer? Vous en voulez même plus?
Alors pour continuer et nous développer, avec un nouveau site sécurisé, (SANS PUBS pour ceux qui le souhaiteront) de nouvelles vidéos, des podcasts quotidiens
nous avons besoin de vous ! Vous voulez plus de vidéos Gorafi, du podcast, plus de contenus?
Alors n’hésitez pas à nous soutenir !


Bouton Faites un don avec PayPal

Ou Via OkPal avec notre partenaire Ulule

Continue Reading
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement

Les plus consultés