Connect with us

Politique

Valérie Pécresse : « être français, c’est mettre le lait avant les céréales dans son bol »

Après son passage remarqué sur le plateau de l’émission Dimanche en politique sur France 3, la candidate LR à la présidence a tenu à compléter ce en quoi consistait selon elle le fait d’ « être français »

Published

on

Invitée sur LCI ce matin, Valérie Pécresse a tenu à préciser ses déclarations de dimanche dernier. « Être français, c’est rouler en Citroën C5, c’est acheter un sapin d’au moins 1,40m décoré en bleu-blanc-rouge, c’est sacrifier des offrandes aux actionnaires une fois par mois pour les remercier de nous laisser un peu de salaire » a-t-elle déclaré. Puis d’ajouter : « Être français, c’est ouvrir les cadeaux le 25 au matin. Le faire le 24 au soir, c’est aussi ridicule que de mettre un préservatif après avoir fait l’amour avec DSK ». A la question « est-ce qu’être français c’est aussi maîtriser la langue de Molière ? », la présidente de la région Île-de-France a aussitôt répondu : « Oui, être français, c’est dire « pain au chocolat » et pas « chocolatine » comme certains dégénérés de province. »

Un cri du cœur

Devant le scepticisme des journalistes présents en plateau, Valérie Pécresse s’est ensuite livrée à un monologue vibrant qui fera date : « Oui, j’aime la France, j’ai la France chevillée au cœur, pour moi la France n’est pas un vain mot. Être français, c’est faire la chenille dans les mariages, sauter sur « Les sardines » et chanter « A la queue leu leu» et « On fait tourner les serviettes ». C’est aussi crier « Aux chiottes l’arbitre » quand on va au stade. C’est relire les livres de Nicolas Sarkozy et c’est manger au moins 400g de porc par semaine. Mais surtout être français, c’est mettre le lait avant les céréales dans son bol. Et d’ailleurs je vous le dis tout net : moi présidente, j’instaurerai la déchéance de nationalité pour ceux qui mettent du lait chaud dans leurs céréales ! Il y a des limites à tout! »

Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement

Les plus consultés