À l’encontre de son code de déontologie, un journaliste pose une question économique au président

36 Publié le 14/01/2014 par La Rédaction
conferennce

Paris – Émotion lors de la traditionnelle conférence de presse des vœux de la présidence. Un journaliste a choqué l’assistance et ses confrères en posant une question de manière outrancière sur l’économie française. Une attitude qui pose à nouveau la question des limites d’une presse avide de bons mots et de titres.

Paris – Émotion lors de la traditionnelle conférence de presse des vœux de la présidence. Un journaliste a choqué l’assistance et ses confrères en posant une question de manière outrancière sur l’économie française. Une attitude qui pose à nouveau la question des limites d’une presse avide de bons mots et de titres.

« Que pensez-vous de la déclaration de l’OCDE qui parle d’inflexion positive pour l’économie française pour l’an prochain? ». Avec cette question, Baptiste Chomain, journaliste aux Échos ne s’attendait pas à une telle levée de bouclier de la part de ses confrères. « Il est allé trop loin. Il y a dans le métier des consignes – non écrites – mais que tout le monde respecte. Cela fait partie des règles du jeu » lâche un journaliste, visiblement très énervé par la liberté de ton prise par son confrère. « On a senti le président nerveux, il ne s’attendait pas à cette question, c’est très gênant » raconte un autre, ajoutant que l’impétrant sera sans doute banni des prochaines conférences de presse. Du côté politique, on regrette aussi que la presse sorte de son rôle. De son côté, la direction du journal des Echos a annoncé une procédure disciplinaire à l’encontre de son journaliste. « Nous sommes conscients des dégâts provoqués par cette personne et nous présentons nos excuses aux personnes visées et à M. le président de la République » peut-on lire sur le site internet du journal.

La Rédaction

Photo: DR

Publicité

36 avis éclairés

133

jimbo 06/02/2014

Jusqu’où iront-ils ? C’est quoi la suite ? Des questions sur de prétendues « affaires » ? Et pourquoi pas sur le chômage tant qu’ils sont ? (en même temps, je suis sûr que certains en seraient capables)
Pendant qu’on parle des âneries de l’OCDE ou je ne sais quelle histoire de croissance, on ne parle pas de Gayet, Dieudonné, tous ces sujets un peu trop sensibles pour nos politiques et qui touchent pourtant à l’intégrité même de la Nation… Lamentable.

122

T.A. 20/01/2014

La République est résiliente.

On a atteint un tel niveau de démocratie, ensemble, que plus aucune question malveillante, surtout d’ordre économique, ne pourrait remettre ça en question.

Et ça peut s’exposer pendant 100 minutes. La preuve.

137

Amen Lapéro 17/01/2014

C’est sur ce gars là mérite d’être licencié et de toutes façons il est grillé dans toute la profession après un coup comme ça!Mais ou va le monde si les journalistes se mettent à poser des questions?ça mérite réflexion… perso je me dis qu’il ne pouvait qu’être bourré ou sous l’emprise de substances prohibées pour disjoncter comme il l’a fait.

129

Mr Pipeau 15/01/2014

Baptiste Chomain,le journaliste en question ne comprend toujours pas pourquoi sa question a été mal perçue par ses confrères, et a tant mis mal à l’aise le Président.
« Je pensais avoir mis pourtant toutes les chances de mon côté en posant une question normale, à un Président normal, et il ne m’a pas répondu normalement… » avouera t-il plus tard l’air stupéfait au micro du Petit Journal.

130

Madarjeen 15/01/2014

Et le Gorafi, qu’a-t-il posé comme question lors de cette conférence de presse? Je n’ai pas le souvenir d’y avoir vu vos journalistes!

124

idiocratie 15/01/2014

Y avait des questions tellement plus pertinente a poser … comme savoir si il continuait de manger des pepitos en cachette ou si Julie est une vrai blonde ….

123

Claire Reha-Visey 15/01/2014

Il faut se rendre à l’évidence, nous sommes tous un peu responsables.
Pourquoi les kiosques sont-ils encombrés de tous ces magazines économiques à la une barrée une de grands titres tape à l’œil ?
Je cite : La société française souffre de ne pas savoir accorder de seconde chance (La tribune), Le Medef salue le discours de Hollande mais demande des «clarifications» (Les Échos), Logement, le fiasco du Dalo (Alternatives Économiques), etc.
C’est bien que nous sommes tous friands de ces gros titres à scandale et que nous en redemandons encore et encore. Ces journaux sont en réalité entrainés par notre propre voyeurisme !

    119

    jimbo 06/02/2014

    Mouais… c’est la soit-disant « théorie » selon laquelle « si personne n’en achetait, ça ne se vendrait pas ».
    Je ne tombe pas dans ce piège, désolé.

114

zapiro 15/01/2014

L’osé des heu tel est le surnom de ce journaliste des Echos. Il a osé, il va payer!Je ne suis pas inquiet pour son avenir Closer lui aurait proposé la rubrique  » 2 roues motorisés ».

128

Captain Marcel 15/01/2014

Et bien voilà… A la botte les journaleux… Cireurs de cul… Lécheurs de pompes… Vendus… Social-traitres…

Il est clair qu’avant d’être soumis à la DCRI le titre était : « À l’encontre de son code de déontologie, un journaliste pose une question ».

Et en plus, on sait même pas à quel président il la pose sa question, au président Lescure ? Elu ce jour président du festival de Cancane ?

133

Captain Marcel 14/01/2014

+ de rire ! Trop LOL ! L’OCDE, c’est l’ancêtre papier du Gorafi.

132

Arobase 14/01/2014

Je suis stupéfaite par ce manque total d’éthique. Si les journalistes se mettent à poser des questions sur l’OCDE, mais où est-ce qu’on va-t-on ?
J’espère que ce garçon sera licencié. Parce que nous, ce qu’on veut, c’est du vrai journalisme, celui qui épie les coucheries des présidents, qui traîne leurs compagnes dans la boue, qui fourre son nez dans leurs infortunes conjugales, même s’il faut un peu bouffer au même ratelier que Closer et qui bafoue tout droit à la vie privée.
De la presse de qualitay écrite par des gens bien qui n’ont naturellement rien à se reprocher, pas par des freluquets qui se piquent d’économie.

144

T.A. 14/01/2014

Je me suis tapé tout le sketch.
Au moment ou l’intrus a fait son scandale, je m’attendais à une réaction immédiate du service d’ordre, mais rien.

122

j'ai péter avec fulgurance 14/01/2014

Tous des incapables on ne connait même pas la couleur de sont caleçon et sa ce permet de poser des questions d’économie, commençons par la base : la marque de ses chaussettes et la taille de la culotte a Julie!
Merde alors de l’info!!!!!

    137

    Petit Robert 15/01/2014

    Aïe Aïe mes yeux … ça pique là !

138

Rene Mesis 14/01/2014

S’il avait trierweiler la question, il aurait pu gayet ma confiance… Comme quoi, on ne peut pas trierweiler moins pour gayet plus

144

Chloé 14/01/2014

On s’en fout de l’économie. Ce qu’on veut savoir c’est, est ce que le président teint ses cheveux lui même ou est ce qu’on lui donne un coup de main?

    135

    Captain Marcel 14/01/2014

    Surtout depuis que le dur-à-cuir-chevelu Cahuzac s’est retiré du gouvernement qui ne paye qu’en France.

    137

    jéglisséchef 15/01/2014

    T’as raison. Hier, un Président Héné .

130

zepata 14/01/2014

On m’avait prévenu que des humoristes s’étaient glissés dans la salle mais je ne me doutais pas qu’ils passeraient à l’action sur ce terrain plus que glissant.

    147

    Pierre D. Proj 14/01/2014

    On me dit que des humoristes se sont glissés dans la salle…

128

cemac2 14/01/2014

Quelle liberté de la presse si un journaliste ne peut pas poser une question économique au Président de la République ? Est-ce une marionnette à laquelle il faut préparer toutes les réponses ?

131

Passager 14/01/2014

Il est vrai que la liberté de la presse va parfois (beaucoup) trop loin.
Cependant, la question me semble être à propos en ces temps.

Ce qui m’inquiète le plus dans l’histoire, c’est la réaction des journalistes qui se disent scandalisés.
Je trouve cette question bien plus pertinente que celles qui visent la vie privée du président, par exemple.

    119

    ArthurBulence 15/01/2014

    C’est moi ou il y a 2 perles ci-dessus?

    ou alors, je ne comprend plus rien à l’humour des certains commentaires…

      129

      Jeanne Duff 16/01/2014

      Elles m’ont tout l’air d’être de vraies perles, bio, élevées au grand air, avec un trou dedans.

      Ou alors c’est du Xième degré, mais des études ont montré qu’au-delà d’un degré critique, on ne peut plus faire la différence entre le sujet initial et sa parodie. C’est une règle qui s’applique aux perles, aux quenelles et aux présidents de la république.

      130

      sources contradictoires 16/01/2014

      Je m’attendais à trouver des coquilles, mais non : il s’agit bien de deux belles perles d’élevage comme on n’en fait plus!

139

Pill Bill AFP 14/01/2014

Wouaaah !
Il est sacrément gonflé celui-là !
Il a gagné sa place au Gorafi, il me semble.
(c.f. article du Gorafi sur le poste de rédac-pigiste-aliéné (le divin enfant).

134

Vilaine 14/01/2014

Quel malotru ce journaliste!
Tout le monde sait que les questions publiques se posent en public et que les questions économiques se posent en économie..
Je pense qu’il répondra à cette question en temps voulu, soyons patients….

    131

    Manu "tu descend ?" Valls 14/01/2014

    Je me félicite du fait que le conseil d’état ait annulé sa question.

133

Social-traître 14/01/2014

C’est inadmissible !
ça devient n’importe quoi le journalisme en France.

Et sinon la petite Julie, elle pense à son frottis tous les trois ans ….?

    126

    Captain Marcel 14/01/2014

    Tous les trois ans… Merci pour elle. Moi, mon mari m’en fait au moins un par jour.

      139

      Social-traître 15/01/2014

      Moi j’écoute France Inter madaâââââââme !
      Et sur France Inter la pub elle dit « tous les trois ans »…..
      Du coup je ne touche plus ma femme tant qu’elle ne l’aura pas fait…
      Non mais !

144

Karl Lactaire 14/01/2014

Il n’y a plus de liberté de parole !
La question de ce journaliste était parfaitement pertinente.
On veut savoir !
Et on saura !
Bordel ! Mais qu’il nous dise enfin ce qu’il pense de cette putain de déclaration de l’OCDE.
Tous en grève ! Il faut qu’on sache.
(Et tant qu’on y est, elle est bonne Julie ?)

    136

    Nordstrom 15/01/2014

    oui, même entre 2 livraisons de pizzas…

    Un livreur, qui aurait aimé rester anonyme

155

Hé hé! 14/01/2014

Une question économique ? C’est vraiment radin, un journaliste!

    134

    Captain Marcel 14/01/2014

    Non, c’est juste un peu égoïste. C’est que ça a un régime (très) favorable d’imposition.

voir tous les avis éclairés

Laisser un avis éclairé

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *