Un banquier révèle enfin à quoi correspondent les « frais de dossier » : ses réponses vont vous surprendre

46 Publié le 27/11/2015 par La Rédaction

C’est un terme qui vous est familier, et pourtant toujours auréolé de mystère : en effet, alors que vous ne demandez qu’à dépenser un argent qui est le vôtre, d’énigmatiques « frais de dossier » ponctionnent sans relâche votre pécule, dans l’ombre.
Que sont-ils réellement ? Sous couvert d’anonymat, un banquier a accepté de nous livrer des réponses.

 

« Cette pratique existe depuis si longtemps que plus personne ne songe à la contester ! », commence-t-il d’une voix claironnante. « Et c’est tant mieux: comment justifier la facturation 55 euros d’un recommandé prévenant la personne qu’elle est à découvert de 8 euros ? ».

Caisse noire, jongleurs et courses de lévriers

D’après cette source, les sommes prodigieuses ainsi prélevées serviraient à financer des traditions très particulières, pour la plupart héritées des Trente Glorieuses :

La caisse noire de l’agence : comme dans certaines unités de police où l’on paye les frais de justice des auteurs de bavures, chaque agence se doit de posséder sa caisse noire pour couvrir la défense des dirigeants en cas de pépin: abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, fraude fiscale… Les tentations sont, hélas, nombreuses.

L’entretien du zoo privé du sous-directeur : chaque sous-directeur régional se doit de posséder un zoo privatif dans l’enceinte de l’agence. « C’est une question de statut », explique notre source. « Les promotions à l’étranger sont déterminées sur la base de leurs collections ». Oiseaux rares, reptiles protégés, tout est bon pour se faire remarquer par le top management.

Le prix Jérôme Kerviel: tradition plus récente, ce prix récompense depuis 2008 l’investissement le plus dangereux ou le plus loufoque de l’année. Le tenant en titre est le CIC, avec la perte de 12,7 millions d’euros d’épargnes-retraites dans un projet de vignoble en Arabie saoudite. La cérémonie, grandiose, comprend le passage au goudron et aux plumes d’un inspecteur de l’Autorité des marchés financiers.

Les courses de lévriers dans la salle des coffres : une pratique popularisée par Henri Germain, fondateur du Crédit Lyonnais. Aujourd’hui, c’est la Société Générale qui caracole en tête du classement inter-bancaire grâce à Cannelle, son lévrier polonais.

Les banquets du mardi soir: c’est l’un des secrets les plus bruyants et pourtant les mieux gardés de la communauté bancaire française. Les mardi et jeudi, les principales agences du pays ferment leurs portes à 16h au lieu de 16h45 pour faire place à d’impressionnants festins. L’arrivée des jongleurs, conteurs et dresseurs d’ours en fin de repas marque le point culminant de ces soirées hors norme.

Pour le moins étonnantes, ces traditions ne seraient pourtant que la partie émergée de l’iceberg. Interrogé sur des rumeurs d’un « projet Picsou » visant à reproduire le coffre-fort piscine du célèbre canard grâce aux commissions sur les retraits à l’étranger, le banquier n’a pas souhaité nous répondre. Notre interlocuteur, visiblement pressé, nous quitte d’un air désolé : « je dois vous laisser, il faut que je passe récupérer mon costume pour le carnaval des secrétaires. Cette année, c’est sur le toit de la Caisse d’Epargne, ça va être sympa ».

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité