Marion Maréchal Le Pen : « Je n’ai rien contre l’avortement s’il concerne des musulmans »

108 Publié le 10/12/2015 par La Rédaction

Du haut de ses 26 ans, Marion Maréchal Le Pen a un caractère bien trempé. La députée frontiste du Vaucluse s’est en effet illustrée dernièrement par ses idées concernant les Centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et sur les Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG), qui selon elle, ne devraient plus être remboursées. Elle affirmait alors avec tout le tact qui la caractérise : « Les traînées vont payer ».

 

Mais Marion Maréchal Le Pen va plus loin. Elle a affirmé hier lors d’un meeting à Orange sa conception de l’avortement: « L’avortement est un acte très grave qui doit être étudié au cas par cas. Idéalement, pour chaque demande d’IVG, il faudrait qu’une décision d’une commission non mixte soit prise. Cette commission, composée uniquement de personnes qui aiment bien juger les comportements d’autrui, décidera si la personne pourra ou non disposer de son corps».

L’exception musulmane

La députée frontiste a néanmoins ajouté certaines exceptions: « En revanche, je n’ai rien contre l’avortement s’il concerne des musulmans. Il faut encadrer leur fécondité, ils se multiplient trop vite, il y en a partout. Si des mesures ne sont pas prises très vite, on ne pourra plus en venir à bout».  La foule venue l’écouter a accueilli cette phrase avec un tonnerre d’applaudissements.

Seul Bachir, le technicien de surface présent lors du meeting, a confié plus tard dans la soirée que ce message lui avait “fait de la peine” et que Marion Maréchal Le Pen ne serait “pas aussi sympa qu’on le dit…”. Ces propos n’engagent évidemment que lui, et Le Gorafi se dégage de toute responsabilité quant à ces déclarations à la limite de l’injure.

« MMLePen-010912 » by Gauthier Bouchet – Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Commons

Publicité
Publicité