Netflix commande une 2e saison de Marseille « uniquement pour faire chier Télérama »

14 Publié le 25/05/2016 par La Rédaction

C’est avec un sourire goguenard aux lèvres que Reed Hastings, patron de Netflix, a annoncé la nouvelle aux médias français. Échaudée par le lynchage critique de sa première production européenne, la chaîne américaine a décidé de renouveler la série « dans le seul et simple but » de narguer le journal Télérama. Explications.

 

« Il n’y a rigoureusement aucun bon sens économique, aucun espoir de rentabilité derrière ce projet », déclare Reed Hastings d’emblée. « C’est ce qui rend la chose aussi jouissive ». En effet, de la part d’une entreprise connue pour la rigueur de son modèle de développement, ce choix, comique à défaut d’être judicieux, interroge. Vengeance, suicide professionnel, folie passagère ? En off, le directeur des acquisitions de la chaîne assure qu’il n’en est rien : « En fait, il nous restait pas mal d’argent avec ce qu’on a économisé sur le budget scénario de ‘Marseille’ et les impôts qu’on paye pas en France », explique Ted Sarandos sur le ton de la confidence. Il a d’abord été envisagé d’utiliser ce surplus pour embaucher des intermittents et les envoyer jouer de la vuvuzela devant les bureaux de Télérama – jusqu’à ce que Reed Hastings lui-même réalise qu’il pouvait faire mieux. Bien mieux.

« Ce sera un gouffre financier. Je veux ce qu’il y a de pire »

Fermement décidé à donner à la critique française de bonnes raisons d’étriller ses productions, le management de Netflix viendrait donc d’approuver la production d’une 2e saison de « Marseille » – sa série tant décriée – dans le cadre d’un projet que Ted Sarandos souhaite « pharaonique dans sa nullité. Ca va bien les faire chier, à Télérama ». La chaîne a d’ores et déjà assemblé un pool de scénaristes issus de séries considérées comme les modèles à atteindre : « Sous le soleil », « Commissaire Moulin », « Dolmen », et « Joséphine ange gardien », notamment. Par visioconférence, M. Hastings y a annoncé la couleur sans détour : « ce ne sera ni une belle aventure humaine, ni une tentative honorable, ni un échec de bonne foi », a-t-il prévenu. « Ce sera un gouffre financier. Je veux ce qu’il y a de pire ».

Et les producteurs ne comptent pas lésiner sur les moyens : d’après la bible confiée aux producteurs, Benoît Magimel oubliera de prendre l’accent marseillais dans 7 scène sur 10, au lieu des 3 sur 10 de la première saison ; les scènes de sexe, qui représentaient 74% d’un épisode, pèseront maintenant pour 85%, « vraisemblablement sans aucune cohérence avec l’intrigue générale », prévient-on chez Netflix. « Enfin quand on dit ‘intrigue’, franchement c’est généreux… »

Dernière nouvelle en date de ce projet ambitieux, le casting de Mickaël Vendetta en député écolo et Enora Malagré en préfète des Bouches-du-Rhône. Début du tournage le 1er septembre.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité