Mâcon : un superbe lancer de boule de papier dans la corbeille met la ville à l’honneur

55 Publié le 14/06/2016 par La Rédaction
temmuz can arsiray/Itstock

Le centre-ville de Mâcon bruisse encore, ce vendredi matin, de l’incroyable performance délivrée lundi dernier par celui que l’on n’appelle plus désormais que « Michael Jordan ». Récit.

 

 

Lewis Perrard n’en revient toujours pas. Dans le train qui l’emmène à Paris pour recevoir l’Ordre national du mérite des mains du Ministre des sports, le jeune homme de 24 ans revient sur cette fabuleuse aventure avec les yeux émerveillés de celui qui réalise la grandeur du destin qui l’attend.

Comme souvent dans ce genre d’histoire, la journée a commencé tout à fait normalement : Lewis, en 2ème année de CAP pâtisserie, est en cours depuis 45 minutes lorsque son ami Aymeric, surnommé « clic-clic » à cause de son goût pour le gangsta rap, lui griffonne un pénis sur sa feuille. Contraint d’en changer, il roule alors celle-ci en une boule parfaitement compacte et entreprend de viser la corbeille située à 3 ou 4 mètres, au fond de la classe. Lewis prend alors Aymeric à témoin : « téma, téma : et… hop ! ».
Le temps se suspend alors que la rangée entière suit l’interminable trajectoire du projectile. Un rebord, puis deux, la boule rebondit sur la corbeille avant de terminer sa course à l’intérieur.

« Un sentiment intense, puissant »

Lewis, lui, trop habitué à tirer à côté, n’a même pas regardé le résultat de son lancer et est retourné à sa prise de notes. « Je n’y croyais même pas ! », jubile-t-il, « c’est quand la classe entière s’est levée en hurlant que j’ai compris ce qu’il se passait ».

Evoquant un « sentiment de joie intense, puissante », Lewis est alors soulevé jusqu’à l’Hippopotamus de la rue Michel Debré sur les épaules de ses camarades qui célèbrent l’exploit jusque tard dans la nuit.
Mais, même au vin d’honneur organisé dès le lendemain à la Mairie, le jeune homme reste humble. Déterminé à garder la tête froide, il décide de poursuivre ses études contre l’avis de ses parents et bien que son amour pour la pratique du lancer de boule de papier en ressorte plus fort que jamais. « C’est une discipline confidentielle, pratiquée de manière désinvolte. Mais qui peut être extrêmement satisfaisante », confie-t-il.

Futur diplômé dans 6 mois, Lewis explique avoir aujourd’hui envie de se mesurer aux employés de la CAF de Paris qui, d’après l’enquête ministérielle en cours sur le temps de travail des fonctionnaires, passent pour être les meilleurs de la discipline depuis de nombreuses années.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité