François Hollande passe 20 minutes dans la peau d’un Président de la République après une séance d’hypnose

31 Publié le 12/09/2016 par La Rédaction
Todd Keith

Beaucoup d’entre nous l’ont rêvé, François Hollande l’a vécu : vivre dans la peau d’un Président de la République l’espace d’un court instant. Reportage.

 

Tout commence par un simple prospectus vantant les mérites du professeur Dumbolo « hypnotiseur professionnel » déposé dans la boîte aux lettres du natif de Rouen. Amusé, François Hollande conserve la réclame dans sa poche au lieu de la jeter dans la poubelle comme à son habitude. Plus tard dans la matinée en conseil des ministres, alors qu’on lui pose une question ennuyeuse sur la meilleure stratégie à aborder pour l’inversion de la courbe du chômage, il fait part de son amusante découverte du matin. Rapidement, une idée lui vient : faire venir le professeur afin de « rigoler un bon coup » en démasquant un charlatan ; le but officieux étant surtout d’échapper à de nouvelles questions auxquelles il n’a pas de réponses.

Trente minutes plus tard, le professeur débarque en conseil des ministres. « J’ai vu arriver un marabout avec un grand boubou jaune et bleu. Je me suis retenu de ne pas exploser de rire. J’étais persuadé que c’était un charlatan. Pourtant, je m’y connais en charlatan si vous voyez ce que je veux dire. » nous confie t-il, un clin d’œil à l’appui. Pour prouver l’efficacité de son tour, l’hypnotiseur demande alors à l’assemblée une suggestion d’un personnage aux antipodes de François Hollande. « Président de la république » est immédiatement suggéré par Ségolène Royal provoquant l’hilarité de toute la salle y compris de l’intéressé. Néanmoins, le professeur accepte le challenge : plonger François Hollande dans la peau d’un président de la République. La séance commence, et bientôt, le scepticisme, les quelques rires, laissent peu à peu place à l’étonnement général.

C’est Michel Sapin, le ministre de l’emploi, qui a accepté de témoigner « Il prenait des décisions courageuses, ne revenait pas sur des engagements de campagne. Par exemple, il avait des vraies mesures pour relancer le pouvoir d’achat des français, et il voulait créer 60 000 postes de plus pour les fonctionnaires. On aurait dit un chef d’état même dans sa posture. Il avait presque du charisme. C’était fou. » Finalement, le marabout est obligé d’arrêter l’expérience lorsque François Hollande fond en larmes. « Dans son quotidien, il n’est pas confronté à de telles responsabilités » donne comme explication un de ses proches. François hollande retrouvera peu à peu son état normal pour son plus grand bonheur « Je ne me rappelle rien, mais je sais que c’était juste horrible, un vrai cauchemar. Je ne suis pas mécontent d’avoir ma petite vie paisible. » nous confie t-il avec un grand sourire.

Publicité
Publicité