Premier cas de transmission du vote FN de l’homme vers l’animal

52 Publié le 24/04/2017 par La Rédaction
© YuriyGreen

Faut il craindre une épidémie de vote Front National ? L’Agence Nationale de Santé Publique a décidé de tirer la sonnette d’alarme après avoir constaté, dans le Var, un premier cas de transmission de vote FN de l’homme vers l’animal. L’analyse du Gorafi.

 

Nesquik est un grand chien, de couleur partiellement fauve. Plutôt joueur et dévoué de caractère, Nesquik est désormais sympathisant Front National, comme son maître. Il a donc délaissé sa balle de tennis et passe désormais ses journées à aboyer contre les personnes d’origine étrangère ainsi que les fonctionnaires. Avec une cible de prédilection, Omar le Facteur.

Au plus haut niveau de l’État, c’est la panique. « On a tout essayé contre le FN. Les badges, les manifestations, les concerts de Zebda… Si en plus maintenant ils arrivent à convertir les animaux à leurs idées, on est vraiment mal barré », s’inquiète un haut responsable du ministère de l’intérieur qui n’exclut pas l’abattage préventif des animaux contaminés et de leur maître.

Ce n’est pas la première fois qu’un homme transmet ses opinions politiques et son idéologie à un animal. Selon les spécialistes, il existerait en Syrie plusieurs milliers de chèvres et de moutons s’étant radicalisés au cours d’un rapport sexuel non protégé avec des djihadistes.

Publicité
Publicité