Passation des pouvoirs : François Hollande fait le bilan calmement, en se remémorant chaque instant

26 Publié le 16/05/2017 par La Rédaction

Ça y est : dimanche 14 mai, François Hollande a officiellement passé la main à Emmanuel Macron au terme d’une cérémonie plus hystériquement commentée qu’une finale de télé réalité. Redevenu citoyen normal après s’être évertué à l’être comme Président, l’ancien chef de l’État se confie avec nostalgie.

 

C’est un François Hollande apaisé qui nous accueille dans une brasserie cossue de la rue de l’Université, à quelques encablures du siège du PS – le parti qu’il vient de faire gaiement imploser au terme de 5 ans d’un mandat en dents de scie sauteuse. Devant les journalistes, l’ancien locataire de l’Élysée se livre avec introspection sur les grandes étapes de son parcours, de son « enfance pas toujours aisée, sans trop dramatiser » à ce jour de 2012 dont il chérit le souvenir: « On a tout déchiré le 15 mai à l’élection ».

Aujourd’hui, alors qu’il vient de céder la place au plus jeune Président de la Ve République, François Hollande réalise mieux que personne combien le temps passe et passe et passe, et beaucoup de choses ont changé. Sans une once d’amertume, il salue la victoire d’Emmanuel Macron, avec lequel il se reconnaît d’ailleurs des affinités. « Lors de la passation, nous avons partagé nos kiffs, nos ambitions, nos objectifs : devenir quelqu’un ». Pour Charlotte Chaffanjon, journaliste et spécialiste reconnue des turpitudes du PS, Les deux hommes ont « un point commun, celui de réussir par tous les moyens ».

Un François Hollande philosophe face au temps qui passe et passe et passe

Alors que sur ses cinq années passées à la tête du pays sa côte de popularité a le plus souvent tutoyé les profondeurs et que l’exaspération des Français a culminé au 2e tour avec un FN à 34%, l’ancien chef de l’État s’interroge non sans incongruité: « Qui aurait pu s’imaginer que le temps se serait si vite écoulé ? ».
Mais, désormais serein, presque retiré, c’est un François Hollande philosophe qui se surprend à « parler des histoires d’avant comme si on avait 50 ans » – une déclaration qui, il est vrai, surprend dans la bouche de cet homme de bientôt 63 ans.

Interrogé enfin sur ce qui l’attend maintenant et sur les rumeurs d’achat d’une maison à Tulle, François Hollande affiche le sourire déterminé d’un homme investi d’une nouvelle mission : « C’est ça, il faut construire une famille, assurer sa descendance ». Nous n’en saurons pas plus : l’ancien Président, soucieux de l’horloge qui tourne, des jours qui défilent et des années qui passent, a déjà pris poliment congé.

Publicité
Publicité