Législatives : 8 Français sur 10 voient plus Benoît Hamon « comme un ami » que « comme un député »

40 Publié le 13/06/2017 par La Rédaction

Selon un sondage BVA/Le Parisien effectué le lendemain du 1er tour des législatives, il semble que les Français soient en grande majorité du même avis concernant Benoît Hamon : ils le voient « davantage comme un ami que comme un député », pour 81% d’entre eux. Ce qui expliquerait son échec cuisant.

 

Contrairement à d’autres hommes politiques particulièrement austères ou hautains, comme les Français ont l’habitude de voir depuis des décennies, Benoît Hamon a joué la carte de la sympathie. Selon Christophe Barbier, le célèbre analyste politique, Benoît Hamon serait devenu « proche du peuple, trop proche du peuple. Son image est positive mais il devrait davantage mépriser les Français moyens par exemple, ou les pauvres. C’est une technique qui fonctionne pour se mettre au-dessus de la masse et avoir une véritable stature d’homme politique ».

La « friendzone » politique
Benoît Hamon inaugure un phénomène inédit sous la Ve République : la friendzone politique. Christophe Barbier poursuit : « Son image sympathique, son parler “jeune” et ses propositions comme le revenu universel, font davantage penser à un bon ami avec qui on a envie de passer une soirée pizza qu’à un député à qui on confie des responsabilités. Il semble d’ailleurs que c’est un excellent ami au quotidien, qui est toujours là pour vous lorsque vous en avez besoin ».

Le sondage est édifiant à ce sujet. En effet, à la question suivante, « Si vous voyez Benoît Hamon comme un ami, quelle activité feriez-vous avec lui ? », les Français ont répondu dans l’ordre :
– Faire du kart ou un paintball (32%)
– Faire un « petit barbecue » (18%)
– Jouer à FIFA (12%)
– Jouer à UNO avec des règles perso (11%)
– Faire des jeux d’alcool (9%)
– Aller à la fête foraine (6%)
Aucun d’eux n’a répondu « Penser à une France meilleure », ou « Plancher sur l’avenir du PS ». Une remise en question est aujourd’hui nécessaire pour l’ancien candidat à la Présidentielle, afin qu’il corresponde vraiment à ce qu’exigent les Français d’un politique. Rendez-vous dans cinq ans.

Publicité
Publicité