Vincent Bolloré mis en examen pour avoir voulu influencer des élections déjà truquées

15 Publié le 26/04/2018 par La Rédaction
By Copyleft - Own work, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26486783

Après la garde à vue, l’industriel breton a été mis en examen : il est soupçonné d’avoir cherché à influencer des élections africaines déjà truquées.

« Je lui avais dit pourtant de ne pas se lancer là-dedans ! Je me revois lui dire “ Vincent, au Togo et en Guinée, les élections sont déjà truquées, t’embête pas à les financer !”, s’agace un proche collaborateur, les mains tremblantes,« c’était de la folie. Un simple pot-de-vin à l’ancienne aurait fait l’affaire, je vous dis ».

De son côté, le président de la République togolaise, Faure Gnassingbé, nie l’implication financière de Vincent Bolloré dans sa campagne : « Je ne suis pas son ami. Entre nous, je déplore sa gestion du groupe Canal + et les plein pouvoir légués à Cyril Hanouna… on ne dirait pas comme ça, mais j’ai quand même un minimum de sens de la démocratie ».

Le président Alpha Condé, autre dirigeant africain au centre de l’affaire, s’avoue très surpris de ce que l’on reproche à l’homme d’affaires breton : « Je n’ai pas reçu un centime de ce Monsieur ! Oh allez, il a peut-être une fois mis à ma disposition une Autolib blindée, avec intérieur en cuir de crocodile et jantes en or massif. Mais rien de plus » nous assure-t-il, avant de nous quitter pour répondre au téléphone. A peine entendrons-nous un « Oui, Vincent, mon ami… ».

Publicité
Publicité