Le bruit de la boîte de nuit l’empêche d’avoir une discussion sur l’impératif catégorique de Kant

42 Publié le 13/02/2019 par La Rédaction
winkimedia pixabay

Yohan, 28 ans, n’a pas réussi à entretenir une discussion sur l’impératif catégorique d’Emmanuel Kant, à cause du bruit intempestif de la boîte de nuit dans laquelle il passait sa soirée.

« Agis de façon telle que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans toute autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen », expliquait Yohan en citant le philosophe allemand du 18ème siècle à une fille qu’il espérait séduire.

Yohan ne s’est pas tout de suite rendu compte que l’endroit n’était pas adéquat pour discuter de ce fameux concept de la philosophie morale, énoncé pour la première fois en 1785. « Je me suis d’abord dit, ‘Agis seulement d’après la maxime grâce à laquelle tu peux vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle’, et lance-toi », raconte le jeune homme en citant le fondateur du criticisme et de la doctrine de l’idéalisme transcendental.

« J’ai essayé de l’aborder en lui demandant si elle pensait qu’il faut agir selon les maximes d’un membre qui légifère universellement en vue d’un règne des fins simplement possible, et je n’ai pas pu entendre sa réponse, qui j’en étais sûr allait être fascinante », poursuit le passionné des
Fondements de la métaphysique des mœurs. « Avec tout ce bruit, comment avoir un débat constructif sur la différence entre l’impératif catégorique et les impératifs hypothétiques ? »

Le jeune homme a finalement quitté la boîte de nuit afin de se réfugier dans un concert de death metal pour calmement lire la Critique de la raison pure.

En vente partout La Boîte à Quiz du Gorafi https://amzn.to/2Uviaua et l’Almanach du Gorafi https://amzn.to/2RYfbgR ou en librairies 

Publicité
Publicité