Une cellule islamiste accueille les policiers venus les arrêter avec des gâteaux et du thé

28 Publié le 16/07/2013 par La Rédaction

Alors qu’ils étaient sur le point d’être arrêtés dans le cadre d’un gros coup de filet national dans les milieux islamistes et terroristes, les membres d’une cellule dormante liée à Al Qaida ont tenté d’amadouer les policiers en les accueillant avec du thé et des biscuits. Reportage.

Alors qu’ils étaient sur le point d’être arrêtés dans le cadre d’un gros coup de filet national dans les milieux islamistes et terroristes, les membres d’une cellule dormante liée à Al Qaida ont  tenté d’amadouer les policiers en les accueillant avec du thé et des biscuits. Reportage.

Il y a quelques semaines, en Angleterre, une mosquée avait courageusement et dignement résisté à une manifestation anti-musulmans en offrant thé et biscuits aux opposants. Ici, c’est une cellule dormante d’Al Qaida qui préparait des attentats sur le sol français qui a tenté de réitérer le geste mais avec nettement moins de succès. Cette fois, en face, ce n’était pas des membres stupides d’une milice d’extrême droite mais des policiers dûment mandatés par un juge. « Apparemment ils étaient au courant de notre arrivée, la porte était ouverte, il y avait de la musique, ils étaient tous assis autour d’une table basse, c’était bon enfant avant tout » raconte le responsable de l’opération du RAID.

Les policiers enquêtaient depuis plusieurs mois, et encerclaient totalement l’immeuble suspect. « Ils nous ont proposé de prendre place autour de la table. Ils étaient nerveux, on sentait qu’ils jouaient quitte ou double ». Certains policiers, pris au dépourvu, vont alors spontanément prendre la tasse de thé qu’on leur tend et s’installer autour de la table. « C’était très courtois. Alors, oui, certes, ils planifiaient des attentats, mais ça n’empêche pas d’avoir un minimum de règles de bienséance et d’hospitalité » a expliqué l’un des policiers un peu gêné lors d’un point presse.

La situation va ainsi durer quelques minutes durant lesquelles policiers et terroristes vont paisiblement discuter, prendre des photos, échanger numéros et profils Facebook,  avant soudainement de se rappeler le pourquoi de leur venue et de procéder immédiatement et sans ménagement à l’arrestation de l’intégralité du réseau. Pour le patron du RAID, c’est une fois de plus la preuve que l’ennemi peut user de toutes les tactiques psychologiques. à sa disposition. « Il faut rester sur ses gardes, on se demande ce qu’ils vont inventer la prochaine fois, je ne préfère même pas y penser » a-t-il conclu.

La Rédaction

Photo: Wikicommon/Donald Bohanner

Publicité
Publicité