Centrafrique – Les rebelles promettent un génocide dans le respect des Conventions de Genève

71 Publié le 26/11/2013 par La Rédaction

Les représentants de l’ex-rébellion Séléka ont répondu ce matin aux inquiétudes de la communauté internationale sur la situation en République Centrafricaine. Le pays, qui bascule peu à peu dans le chaos, est actuellement en proie à de nombreuses violences interreligieuses entre les communautés chrétienne et musulmane avec de nombreuses victimes civiles.

Les représentants de l’ex-rébellion Séléka ont répondu ce matin aux inquiétudes de la communauté internationale sur la situation en République Centrafricaine. Le pays, qui bascule peu à peu dans le chaos, est actuellement en proie à de nombreuses violences interreligieuses entre les communautés chrétienne et musulmane avec de nombreuses victimes civiles. Le chef des ex-rebelles a tenu un discours rassurant et a confirmé que le génocide en préparation sur le sol centrafricain serait effectué en accord avec les textes de la convention de Genève.

Selon Michel Djotodia, porté au pouvoir le 24 mars dernier après un coup de force des forces rebelles de la Séléka, des mesures auraient été prises pour encadrer les exactions prévues dans les prochaines semaines et veiller au respect de la convention de Genève lors de leur réalisation. « Nous ne sommes pas des sauvages, nous nous préparons à un génocide civilisé » a-t-il déclaré dans son discours télévisé suivi par ceux qui peuvent encore suivre les actualités en Centrafrique.

Aidé par une armée de juristes, Michel Djotodia assure avoir passé au crible les textes de la convention de Genève. Le nouveau chef de guerre déclare être sur le point de former ses généraux pour que ses miliciens ne montrent aucun signe de cruauté gratuite lors du nettoyage ethnique en préparation. « Tout débordement sera sévèrement réprimé » affirme-t-il en précisant que chaque soldat qui sera pris d’un excès de zèle pourra être directement considéré comme un membre du camp adverse et être légalement liquidé à son tour.

Alors que les observateurs dénoncent une situation humanitaire désastreuse, Michel Djotodia semble plier un peu sous la pression de la communauté internationale qui se fait chaque jour plus forte, avec la France en tête de ligne. Malgré le discours de ce matin, Laurent Fabius a confirmé l’envoi de troupes supplémentaires sur le territoire de l’ancienne colonie française. « Nous avons fait nos preuves en tant qu’ observateur de génocide » affirme le ministre des affaires étrangères en faisant référence aux tristes événements de 1994 au Rwanda avant d’ajouter que la France se tient prête à l’envoi de spécialistes sur place pour vérifier que Michel Djotodia tiendra bien parole.

La Rédaction

Illustration : Wikicommons / hdptcar

Publicité
Publicité