Selon un rapport, 1% des cons détiennent plus de 50% de la connerie mondiale

88 Publié le 02/02/2015 par La Rédaction

L’organisation Oxfam dévoile un rapport alarmant sur l’accroissement des inégalités en matière de connerie dans le monde. Le résultat de l’étude fait froid dans le dos : d’ici 2016, 1% des cons pourraient posséder plus de 50% de la connerie mondiale, et devenir à eux seuls plus cons que 99% du reste de la population.

« Il y a toujours eu des cons à travers l’histoire. Mais nous traversons une période particulièrement faste en matière de stupidité humaine » commente Louis Turmasse, historien spécialiste de la connerie et auteur de « Des souris et des cons ». « Il s’agit d’un phénomène connu : plus certaines personnes sont connes, et plus le reste du monde s’indigne et relativise. Alors, le fossé se creuse. » explique-t-il.

Jean-Philippe Sautreuil, qui a dirigé l’étude, met en cause la montée de l’extrémisme politique et religieux : « une faible partie de la population est devenue complètement conne. De plus, les cons ont tendance a vivre en communauté pour former ce qu’on appelle « des bandes de cons ». Leur connerie augmente alors parfois de plus de 1000% comme en témoignent les évènements de ce début d’année 2015 » affirme-t-il.

« Quand on est con, on est con »

Plusieurs personnalités politiques ont d’ores et déjà réagi à l’inquiétant constat. Le premier c’est Nicolas Sarkozy qui déclare sur son compte Twitter : « Cassez-vous pov’ cons » tout en essayant de se hisser au premier rang des Top Tweets de France. Jean François Copé a, de son côté, proposé un système de fausses factures de connerie afin de réduire au moins en apparence la bêtise de certains actes ou propos. Un système qu’il juge “efficace” et qui a selon lui “largement fait ses preuves” par le passé.

Enfin, le chef de l’Etat s’est exprimé ce matin lors du conseil des ministres, en demandant la mise en place d’une cellule psychologique pour les personnes victimes de connerie, ainsi que le lancement d’un plan de recherche pour endiguer la connerie humaine. Un plan jugé peu réaliste par son entourage au vu de la conjoncture actuelle. Ce que l’un de ses conseillers nous confirme à la sortie du conseil en citant le chanteur Georges Brassens : « Quand on est con, on est con ».

La Rédaction

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité