Anniversaire de leur fils de 4 ans : des parents font un burn-out en pleine pêche à la ligne

63 Publié le 10/11/2015 par La Rédaction

Un homme et une femme d’une quarantaine d’années ont été hospitalisés samedi dernier après avoir organisé un anniversaire pour leur fils de quatre ans. Reportage.

 

Il est 15 heures samedi lorsque Michel et Sylvie M., 43 et 41 ans respectivement, accueillent une dizaine d’enfants au Plessis-Robinson pour fêter l’anniversaire de leur fils Théo.
Alors qu’ils s’apprêtent à passer trois heures dans la joie et la bonne humeur, très vite, des signes avant-coureurs de malaise se font sentir.
« J’ai commencé à sentir des picotements dans les poignets pendant le jeu des chaises musicales, à la sixième diffusion de Gangnam style » raconte Michel, le seul membre du couple en état de témoigner.

Puis ce dernier d’ajouter : « je me suis dit que ça allait passer mais j’ai regardé ma montre: ça faisait seulement dix minutes que la fête avait commencé.»
Ces symptômes physiques s’accompagnent également de troubles nerveux, comme le raconte le père de Théo : « J’ai été pris d’une envie irrépressible de leur filer des claques mais je pouvais pas, ils étaient sous ma responsabilité. Du coup, je me suis un peu vengé sur le chat. » confesse-t-il.

Une fête qui tourne au drame

Pour se calmer, Michel tente alors de s’isoler, mais en vain :« comme j’essayais d’être gentil, ils n’arrêtaient pas de venir me parler. ». La tension retombe un peu pendant le goûter mais repart de plus belle après l’ouverture des cadeaux où les enfants profitent de la présence de nouveaux jouets pour improviser un concert de klaxons, de flûtes et de xylophones.
C’est au 597ème « caca boudin ! » très exactement que les nerfs de Michel lâchent, au beau milieu d’une pêche à la ligne : « ça faisait un quart d’heure que j’essayais d’aider un enfant à attraper un poisson, après, je ne me souviens plus de rien » confie-il.
Sa femme, toujours en état de choc, a préféré garder le silence.

Ce n’est pas la première fois que des personnes sont victimes d’un burn out non lié au travail. En 2009, déjà, les pompiers avaient dû prendre en charge un père de famille ayant assisté pendant près de deux heures à un concert d’Henri Dès avec ses enfants.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité