L’homme qui voulait lutter contre toutes les inégalités en burn-out au bout de 7 minutes

56 Publié le 19/02/2016 par La Rédaction

Un jeune homme de 20 ans, Arnaud Serre, déclarait ce matin se lancer dans une quête pour la fin des inégalités. Hélas, quelques minutes à peine après le début de son combat, son médecin traitant lui a diagnostiqué un sévère épuisement psychologique lié à sa nouvelle activité. 





 

 

Il avait pourtant débuté avec l’entrain et l’optimisme les plus solides qui soient. Arnaud Serre, étudiant en philosophie à Grenoble, le disait avec motivation ce matin même : « Je veux que les inégalités sociales, économiques et culturelles disparaissent. Je crois que l’on peut y arriver si on se donne tous la peine de faire des efforts. Et aujourd’hui, c’est à mon tour d’apporter ma pierre à l’édifice de l’égalité. »



La désillusion

Mais très vite, les choses se gâtent. « Il a d’abord vu qu’il y avait les inégalités entre les hommes et les femmes. Puis il a découvert qu’existaient aussi les inégalités de classe. Mais je crois que ce qui l’a achevé, ce sont les inégalités de traitement entre les êtres humains et les autres espèces animales. Quelque part, il a vu trop gros ce ptit con » explique le Docteur Carles, qui s’occupe du jeune homme depuis son adolescence.

Car à peine 7 minutes après le lancement de sa grande campagne de lutte contre les disparités, Arnaud Serre fait une crise d’angoisse. « Il avait tous les symptômes du burn-out : déséquilibre entre l’effort fourni et la reconnaissance obtenue, absence quasi totale de soutien social sensation d’être un robot, de ne participer à aucune décision importante. Je l’avais pourtant prévenu que ça allait être dur et qu’il aurait plutôt dû retourner jouer aux jeux vidéo » explique le Docteur Carles.

« Je chiale à chaque fois que je pense à un Noir contrôlé à tort par la police »

Pour Arnaud, seuls la patience et du repos peuvent désormais améliorer son état. « Je pense que je vais prendre une année sabbatique après cet échec. Il va falloir que je retrouve confiance en moi mais je ne pense pas pouvoir à nouveau lutter un jour contre les inégalités. A vrai dire, je chiale à chaque fois que je pense à un Noir contrôlé à tort par la police ou quand on me rappelle qu’une femme gagne en moyenne 25% de moins qu’un homme… Achevez-moi… » implore le jeune homme.

Publicité
Publicité