Risque terroriste : les policiers autorisés à porter un bélier et douze grenades en dehors de leur service

41 Publié le 27/06/2016 par La Rédaction
konstantin32

Face à une menace terroriste qui ne montre aucun signe d’épuisement, l’arsenal que les policiers français sont autorisés à porter sur eux en dehors de leurs heures services doit être prochainement élargi, « dans la limite du socialement acceptable ».

 

Dans le cadre de l’état d’urgence, les policiers et gendarmes ont déjà été autorisés le 14 juin dernier à conserver leur arme de service sur eux en dehors de leurs heures travaillées. Sous la pression des députés LR, ils pourront désormais transporter sur leur personne ou dans leur véhicule personnel un bélier d’effraction tactique de 30 kilos maximum, ainsi qu’un assortiment de grenades dont le choix restera à la discrétion de chaque personnel : offensive, défensive, incapacitante, incendiaire, fumigène.

Des membres de la majorité socialiste ont aussitôt exprimé des doutes sur la pertinence d’une telle mesure, dans un contexte social explosif où les actions de la police sont scrutées et où la moindre bavure pourrait mettre le feu aux poudres. Sous pression, le gouvernement s’est engagé à encadrer strictement l’usage de ces équipements, « qui ne saurait être que de dernier recours ».

Venu s’exprimer sur le texte en cours de validation par le Sénat, Manuel Valls a précisé les situations dans lesquelles ces matériels pourraient être utilisés. « Il s’agit de ne pas brider l’action policière en donnant aux forces de sécurité les moyens de notre politique d’ordre public », a ainsi expliqué le Premier ministre en conférence de presse. « Un client reste un temps anormalement long dans les toilettes d’un restaurant et ne répond pas aux sommations qui lui sont adressées ? L’effraction par bélier est justifiée. Une fanfare étudiante met en danger l’intégrité d’une pelouse publique et refuse de se disperser ? Une grenade de désencerclement me semble appropriée ».

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité